Près de 500 agriculteurs sur le pont !

Guillaume de Werbier et Catherine Perrot

Les agriculteurs ont déversé des pneus devant la Dreal, et ont projeté des papiers contre la façade du bâtiment.
Les agriculteurs ont déversé des pneus devant la Dreal, et ont projeté des papiers contre la façade du bâtiment.

Mercredi dernier, les agriculteurs de la FNSEA 44 et de JA 44 ont utilisé le boulevard du Général de Gaulle, au pied des nouveaux locaux de la Dreal, à Nantes, comme tête de pont pour dénoncer les contraintes qu’on leur impose en matière d’environnement. L’opération a mobilisé 150 tracteurs.

On se mobilise pour un sujet qui inquiète tout le monde, à savoir l’accumulation des réglementations environnementa­les ». Pour Alain Bernier, président de la FNSEA 44, et les 500 agriculteurs venus manifester sous les fenêtres de la Dreal (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement), la coupe est pleine.
Le mot d’ordre de l’action, organisée mercredi dernier dans toute la France à l’appel de la FNSEA et des JA, était clair : les manifestants voulaient dire stop à l’empilement de con­traintes réglementaires et environnementales.
« Depuis des années nous répondons à la réglementation européenne : à la directive Eau, à la directive Oiseau, à la directi­ve Habitat, Nitrates, Déchets, Boues… », énumèrent Alain Bernier et Christophe Labour, en charge du dossier Environnement à la FNSEA 44. « Cette réglementation est transcrite en réglementation française, qui est encore plus draconienne. Nos responsables politiques en rajoutent une couche. Nous, en France, on lave plus vert que vert : on nous a ajouté la loi sur l’eau, l’ICPE (installation classée pour la protection de l'environnement), le Grenelle 1, le
Grenelle 2, les phyto, les com­pensations environnementales, le Sdage, les continuités écologiques, la conditionnalité PAC, plus le verdissement de la politique agricole commune. On dit donc stop à cette lessive. »

Ral-le-bol des producteurs

En déversant devant la Dreal des pneus et en projetant des papiers (symboles des documents administratifs sous lesquels croulent les exploitations) à l’aide d’une pailleuse, les producteurs ont voulu aussi ex­primer leur ras-le-bol devant la multiplication des zonages environnementaux, entre les zones de captage, les zones humides, les aires protégées, Natura 2000, les trames vertes, les trames bleues.
« À travers cette action, on veut souligner que des efforts ont été accomplis par les agriculteurs depuis plus de vingt en matière d’environnement », rappelle Alain Bernier. « On a tous fait des mises aux normes de nos bâtiments, on a répondu au programme d’action directive Ni­trates, on a réduit et amélioré l’usage des produits phytosanitaires. On veut que ces initiatives soient reconnues. » Et le président de la FNSEA 44 de regretter que « l’agriculture ait été donnée en pâture aux écologistes ».
Les exploitations se sont adaptées, répètent les agriculteurs, et « ne veulent pas en faire plus ». « Nous sommes aujourd’hui victimes de l’‘’escrologie’’ », déplore Alain Bernier qui demande, avant l’annonce de toute nouvelle réglementation, à ce que soit évalué sur les exploitations ce qui a été fait en matière de respect de l’environnement.
FNSEA 44 et JA 44 demandent aussi « une application pragmatique de la réglementation en vigueur et une simplification des exigences administratives », et « la prise en compte de l’agriculture comme un secteur économique à part entière ». Les manifestants ont par ailleurs exigé une vraie concertation avec le monde agricole quand il s’agit d’instaurer une nouvelle réglementation.
La manifestation s’est terminée par la rencontre d’une délégation d’agriculteurs avec le directeur de la Dreal et celui de la DDTM pour qu’ils entendent leur message.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires