Présidentielle : découvrez le programme agricole d’Emmanuel Macron

Lise Monteillet (article) & Anne Sophie Lesage (vidéo)

Emmanuel Macron souhaite que les agriculteurs puissent vivre de leur métier et promet notamment un plan de 5 milliards d’euros d’investissement pour l’agriculture.

3 mesures budgétaires

-       Emmanuel Macron s’est engagé à consacrer un plan d'investissement de 5 milliards d’euros sur cinq ans à l’agriculture. C’est « quelque chose de complètement inédit », insiste Olivier Allain. L'accès à ces financements sera réservé, soit à des projets de modernisation des exploitations ayant un impact positif sur l'environnement ou le bien être animal, soit à des projets de développement d'activités de transformation et de distribution qui privilégient notamment les circuits courts. 

-       Le budget alloué aux mesures agroenvironnementales et climatiques (MAEC) passera de 116 millions d’euros à 200 millions d’euros pendant tout le quinquennat.

-       Un prêt d’honneur est prévu pour les Jeunes agriculteurs, d’un montant de 50 000 euros, à un taux de 0 %, avec un différé de deux ans et une garantie de la Banque publique d’investissement. 

« Emmanuel Macron sera le candidat du prix payé aux agriculteurs », insiste Audrey Bourolleau, directrice d’une organisation professionnelle dans le vin, en campagne pour le leader du mouvement « En marche ! ». Accompagnée par Olivier Allain, éleveur, elle a détaillé le programme du candidat lors d’une conférence organisée par l’Association française des journalistes agricoles (Afja) et le syndicat national de la presse agricole et rurale (SNPAR), le 16 mars.

C’est un programme « co-construit » avec des agriculteurs et des experts de la Pac qu’ Emmanuel Macron propose. Dans lequel le « problème du juste prix payé et de répartition de la valeur » est au centre des préoccupations, souligne la militante.

Pour y parvenir, Emmanuel Macron souhaite mettre en place « un grenelle de l’alimentation qui mettrait autour de la table l’ensemble de la chaîne : les agriculteurs, les transformateurs, les distributeurs et les consommateurs ». Audrey Bourolleau ajoute : « des enseignes comme Système U sont en train de travailler avec l’élevage. On peut faire changer le système avec plus de concertation ». Quitte à employer des méthodes « coercitives » si le besoin s’en fait sentir. « On souhaite aussi accompagner le regroupement des agriculteurs dans des organisations de producteurs plus puissantes », mentionne-t-elle.  

Accompagner tous les modèles

Entre les agriculteurs bio et les conventionnels, Emmanuel Macron ne fustige personne. « On pense qu’il y a une véritable coexistence possible dans l’agriculture. Oui il y a des exploitations agricoles qui sont tournées vers l’export, qui sont compétitives. Oui, il y a aussi des exploitations agricoles qui ont fait le choix de la bio, des circuits courts et on doit aussi les accompagner. Ce n’est pas à l’État de choisir les modèles de distribution des agriculteurs, c’est à l’État de les accompagner, quels que soient leurs choix », résume Audrey Bourolleau.

Olivier Allain, éleveur engagé en faveur d’Emmanuel Macron, défend le bilan agricole du dernier quinquennat.  Selon lui, « en 2012, les aides publiques étaient de 12 milliards d’euros en France », en additionnant les aides de la PAC et celles de l’État. « En 2016, elles sont passées à 16 milliards d’euros quand on rajoute le CICE et les aides à l’emploi », comptabilise-t-il. Dans le même temps, il admet que « le revenu des agriculteurs n’a jamais été aussi bas ». « Stéphane Le Foll a été un très bon ministre, qui n’a pas eu de chance car il a eu toutes les crises à gérer », juge-t-il.  Concernant la PAC, le candidat d’« En marche ! » souhaite « partir plutôt sur des aides contra cycliques, avec plus de régulation et avec plus d’aides couplées », résume Olivier Allain.

« Libérer le travail »

« Passer à une administration qui conseille plus qu’elle ne sanctionne » : tel est le vœu formulé par Audrey Bourolleau, pour qui « le droit à l’erreur est aussi valable dans le domaine agricole ». Emmanuel Macron entend « libérer le travail » et promet la transformation du CICE en allègement de charges patronales, une mesure qui sera aussi appliquée au domaine agricole.

Par ailleurs, « le droit au chômage s’appliquera au monde agricole », sans que cela n’engendre de cotisation supplémentaire. Pour les retraites, « un euro cotisé doit donner le même droit à tous », rappelle Audrey Bourolleau.

Enfin, sur le numérique : « les opérateurs ne couvrent pas l’ensemble du territoire. Il faut arrêter de mentir, ils ne le feront pas. (…) C’est à l’État d’assurer ce service minimum pour nos territoires », déclare-t-elle.

D'ici le premier tour de l'élection présidentielle, découvrez tous les programmes des candidats sur Pleinchamp.

Sur le même sujet

Commentaires 12

DIGUE3942

macron sera le spoliateur de demain.

mondefocul

nos gains de productivité ont été spoliés par la société.
les paysans ne rêvent que de plus d'hectares et de gros tracteurs.
nous sommes dans cette situation car le monde paysan n'est plus solidaire.
c'est un monde de faux cul pour la plus part.
nos syndicalistes lêchent le cul de l'administration et depuis la pac ils ne gèrent que les aides, combien d'agri sont des primaculteurs, 99% des bio et les opportunistes.
en peu de temps les coop sont passées de 15€ à 25€ pour travailler la tonne de blé

frimas

les primes nous attachent aux décisions politiques ,les prix rémunérateurs nous apportent la liberté d'entreprendre ,de vivre de notre métier et la fierté de nourrir la population.

PàgraT

Macron prône l'arrêt des pesticides d'ici dix ans. Tous au bio et advienne que pourra.

hetre humain

les maec les 4 premieres annees l engagement est possible mais en 5eme annees impossible les normes sont trop basses peu d exploitants peut les atteindre
les 50000euros de prets a taux zero qui y auras droits les banque ne font pas leur travail d accompagnement surtout le crca
quand a monsieur le foll le pire ministre de l agriculture de t les temps

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires