Prix du lait et gestion des marchés : Le bras de fer s'intensifie en Aveyron

Eva DZ

Prix du lait et gestion des marchés : Le bras de fer s'intensifie en Aveyron

De dimanche 24 mai à 22h au lundi 25 mai à 16h, près de 300 producteurs de lait de la FDSEA et des JA ont bloqué les sorties de l'usine Lactalis à Onet le Château.

«Un échauffement», la FDSEA et les JA ont marqué le coup dans le combat contre le prix du lait de vache imposé par les transformateurs. Pendant 18 heures, ils ont bloqué les portes de l'usine Lactalis d'Onet le Château. «Nous voulons montrer que nous sommes capables de bloquer une usine la nuit, que nous sommes déterminés et prêts à continuer s'il le faut», a martelé Christophe Malgouyres. Pour le président de la section laitière de la FDSEA, pas question de baisser les bras mais de s'inscrire dans le mouvement de contestation national et européen alors que se réunissaient les ministres de l'agriculture européens à Bruxelles.
Les objectifs de cette manifestation étaient clairement affichés : «Nous voulons que les tranformateurs, quand ils recevront les deux médiateurs mandatés par Michel Barnier, ce ne soit pas du blabla mais du concret. Ils sont désignés depuis une semaine et pour l'instant nous n'avons aucune avancée», avance Christophe Malgouyres. Avant d'ajouter : «Le conseil des ministres européens de l'agriculture doit prendre conscience de la colère des producteurs de lait. Ils doivent entamer une réflexion sur la gestion des systèmes de régulation».

Fischer Boel obstinée

Quelques centaines de producteurs venus de France, d'Allemagne et de Belgique ont d'ailleurs manifesté devant le siège du conseil européen. Sur ce point, les producteurs n'ont pas été entendus. A l'issue de la rencontre à Bruxelles, Mariann Fischer Boel commissaire européenne à l'agriculture a en effet campé sur ses positions en déclarant que «ces quotas que nous avons augmentés de 1 % cette année, ne sont pas responsables des prix bas, car l'Europe ne produit pas plus de lait qu'avant cette augmentation».
Une déclaration qualifiée d'aveuglement et d'obstination par Dominique Fayel, président de la FDSEA. «Ce refus d'examiner la question des quotas après 2015 est le témoin de l'orientation plus large de la commissaire européenne et son refus de toute forme de gestion des marchés. C'est inquiétant. C'est pour cela que l'on doit continuer à se battre pour maintenir des mécanismes de gestion, de régulation des marchés» a complété le président de la FDSEA.

Versement anticipé des aides directes

Mariann Fischer Boel a accepté de faire un geste et d'accorder un versement anticipé des aides directes à hauteur de 70 % dès le 16 octobre, une extension de la période de stockage privé pour le beurre au-delà du 15 août ainsi qu'une éventuelle prorogation de l'intervention au-delà du mois d'août. Michel Barnier n'a pas caché que si les négociations n'aboutissaient pas au niveau français ce jeudi 28 mai, «le gouvernement prendra ses responsabilités par la loi».
Jean-Michel Lemétayer ne croit pas en l'aboutissement de cette rencontre. Le président de la FNSEA en attend plus : «Je ne serai pas choqué si cette réunion de l'interprofession n'aboutit pas. Pour ma part, j'ai fixé l'échéance au 5 juin, date à partir de laquelle les laiteries établissent leur bordereau de paie pour les livraisons du mois de mai». Jean-Michel Lemétayer «souhaite que les pouvoirs publics couvrent un accord interprofessionnel. Au-delà de la problématique sur le prix du lait pour mai et juin, on doit parler d'une fourchette d'orientation du prix pour l'ensemble de l'année 2009» a-t-il conclu.

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier