Produits agricoles : hausse des prix à la production en janvier

les cours céréaliers restent globalement élevés (DR)

En janvier 2013, les prix à la production des produits agricoles dépassent globalement de 12% environ ceux de janvier 2012. La hausse repose essentiellement sur les grandes cultures et sur les fruits et légumes. Elle reste aussi soutenue pour les vins et les animaux de boucherie.

Les cours céréaliers restent globalement élevés (+ 35% en janvier par rapport aux  prix moyens 2008-2012). Pour autant, leur hausse par rapport à l’année précédente accuse un net adoucissement entre décembre et janvier, passant de + 36% à + 19%. Les cours français s’inscrivent dans le sillage des cours de Chicago qui sont marqués par un ralentissement des exportations et l’amélioration des conditions de culture. Les prix des oléagineux sont soumis à une évolution semblable, la hausse passant de +15% en décembre à +7% en janvier.

En janvier, la hausse des prix à la production des vins reste vigoureuse par rapport aux prix moyens  des années 2008-2012 (+ 13%). Elle est soutenue par la croissance des volumes exportés, déjà  particulièrement marquée en 2012 vers les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Japon.

Les fruits et légumes contribuent à 25% de la hausse

En janvier, l’ensemble des fruits et légumes contribuent pour quasiment 25 % à la hausse  globale sur un an. Pour les fruits, la chute de la production de pomme en 2012 provoque une hausse exceptionnellement forte de son prix à la production (+ 57% par rapport à janvier 2012).  Pour la poire, la hausse est de 30%. Quant aux légumes, les prix dépassent aussi nettement ceux de janvier 2012 (+30 % pour l’ensemble).

Pour les animaux de boucherie, les  prix  sur un an des gros bovins se renforcent (+11%) ainsi que  ceux des porcins  (+9%). Les prix des ovins sont en baisse (-5%). Ce sont les  prix des volailles de chair qui affichent la hausse sur un an la plus marquée (+ 12%). Tant pour les animaux de boucherie que pour les volailles, les prix à la production sont supérieurs de 22 % aux prix moyens 2008- 2012.

Pour le lait de vache, le recul sur un an du prix à la production se  réduit en décembre 2012 (-4%).

Prix à la consommation : hausse de 2%

 Concernant les prix à la consommation des produits alimentaires et boissons non alcoolisées,  la hausse par rapport à l’année précédente est stabilisée à + 2%. Pour les fruits et les légumes frais en janvier, la hausse des prix à la production se répercute en aval sur les prix à la consommation (environ + 10 %). Ils contribuent avec les viandes à la quasi-totalité de la hausse par rapport à janvier 2012, le reste incombant aux pains et céréales.

Sur un an, seuls les produits laitiers et les huiles et graisses continuent d’afficher des prix en baisse, mais ils dépassent comme tous les autres produits alimentaires les prix moyens 2008-2012.

Source Agreste Conjoncture

Sur le même sujet

Commentaires 1

rp80

les prix a la production ne sont pas encore assez chers puisqu aucun cosommateur(mis a part les agriculteurs)n'a pas encore pris conscience du gaspillage de terres agricoles

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier