Ralentissement de l'activité des IAA en 2012

Ralentissement de l'activité des IAA en 2012
L'industrie des boissons pourrait être confrontée à un changement de fiscalité (DR).

La consommation alimentaire en France va connaître une croissance limitée en 2012 et 2013 et l'activité des industries agroalimentaires risque de ralentir, estime une étude du cabinet Xerfi.

La consommation alimentaire en France, naturellement soutenue par l'augmentation de la population, va connaître une croissance évaluée à 0,8% en volume en 2012 et 0,6% en 2013. La quasi-stabilité de la demande et la dégradation de l'environnement économique va peser sur les performances des industries agroalimentaires, dont le bénéfice en 2012 devrait être limité en moyenne à 4% de leur chiffre d'affaires. Dans un contexte de tension sur le pouvoir d'achat, l'alimentaire sera un des postes les plus touchés par les arbitrages des ménages, assure Xerfi. Les consommateurs vont acheter moins, ou en plus petites quantités les produits jugés non essentiels, se reporter vers les produits moins chers (marque de distributeurs, promotions, etc.).

Xerfi s'attend à un ralentissement de l'activité des industries agroalimentaires (IAA) "au deuxième semestre 2011 et en 2012", même si en valeur le chiffre d'affaires 2011 du secteur devrait croître, porté par la hausse de la production au 1er semestre et les augmentations de tarifs liées au renchérissement du coût des matières premières. De ce fait, en 2012, le taux de résultat net restera "proche de 4% du chiffre d'affaires en moyenne". L'industrie des boissons pourrait en outre être confrontée à un changement de fiscalité, en cours de discussions à l'Assemblée nationale dans le cadre du projet de Budget, avec une hausse des taxes sur les alcools forts (+40°) et sur les sodas.

Les IAA cherchent à accroître leur taille, comme en témoigne la reprise d'Entremont par Sodiaal, ou le rachat de l'italien Parmalat par Lactalis. Elles investissent dans l'innovation sur le segment de la nutrition, la praticité d'utilisation ou le développement durable, mais sont confrontées à des enseignes de la grande distribution qui gardent la main lors des négociations tarifaires.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires