Rapport Hagelsteen : La Fnsea dénonce «la loi du plus fort»

SC

Le rapport Hagelsteen, qui préconise la libre négociation des tarifs entre les industriels et les commerçants, risque d'ouvrir la voie à «la loi du plus fort» donc à la grande distribution, estime la Fnsea.

« En donnant, sans contrepartie, aux GMS (grandes et moyennes surfaces) la possibilité de négocier auprès de ses fournisseurs des prix toujours plus bas, les pouvoirs publics vont à l'encontre de l'objectif recherché, celui de la croissance et du pouvoir d'achat des Français », regrette le principal syndicat agricole, dans un communiqué

La Fnsea rappelle que cinq centrales d'achat s'approvisionnent auprès de 10.000 industries agro-alimentaires (dont 80% sont des PME) et de 570.000 exploitations agricoles : « ce déséquilibre criant des forces en présence donne de facto une position dominante à la grande distribution qui veut encore et toujours obtenir davantage », estime-t-elle.

Le syndicat se dit d'accord avec «une concurrence encadrée, régulée, profitable aux acteurs économiques et sociaux » mais contre « une concurrence débridée qui ne bénéficiera pas à moyen terme aux consommateurs ».

Ancienne présidente du Conseil de la concurrence, Marie-Dominique Hagelsteen a remis, le 12 février dernier 2008, à Christine Lagarde et Luc Chatel les résultats du groupe de travail qu'elle a animé sur la négociabilité des conditions de ventes entre fournisseurs et distributeurs. La principale recommandation de ce rapport consiste à lever l'interdiction de « discrimination tarifaire » de façon à permettre aux fournisseurs de différencier leurs conditions de vente pour chaque distributeur.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier