Recensement agricole de Hautes-Pyrénées : premières tendances

Hautes-Pyrénées, 3e département de Midi-Pyrénées pour :Les canards gras et à gaver : 323 700Les vaches nourrices : 45 500Département d’estives accueillant : 115 000 ovins, 27 000 bovins, 1 500 caprins, 2 000 équins

Recensement agricole de Hautes-Pyrénées : premières tendances

Hautes-Pyrénées, troisième département pastoral de France

En 2010, le département des Hautes-Pyrénées compte 5 160 exploitations pour une superficie agricole utilisée (SAU) de 127 300 ha. La diminution du nombre d’exploitations départementales depuis 2000 est de 20 % et celle des terres agricoles d’à peine 3 %. La SAU moyenne des exploitations a augmenté de 4 ha pour atteindre 25 ha.

Elle est de 70 ha pour les grandes exploitations et de 42 ha pour les moyennes. Les petites exploitations disposent quant à elles de 10 ha en moyenne. Les moyennes et grandes exploitations occupent 74 % du territoire agricole utilisé et réalisent 85 % de la production brute standard (PBS) du département. Les exploitations spécialisées en élevage d’herbivores (bovins, ovins, caprins), qui représentent 46 % des
exploitations des Hautes-Pyrénées, détiennent 46 % des surfaces agricoles. Leur contribution à la PBS du département est de 40 %. 

Aux surfaces modestes détenues par les agriculteurs de ce département s’ajoutent 112 000 ha de surfaces toujours en herbe mises à disposition des éleveurs par les organismes de pacage collectif. Pour ce type de surfaces, les Hautes- Pyrénées sont dans le trio de tête à part quasi égale avec les Hautes-
Alpes et l’Ariège. Pour l’accueil d’animaux en estive, les Hautes- Pyrénées sont en troisième position derrière les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Alpes. En 2010, 115 000 ovins et 27 000 bovins ont pâturé dans les estives des Hautes-Pyrénées.

Recensement agricole de Hautes-Pyrénées : premières tendances

40 % du travail dans les petites exploitations

En dix ans, l’emploi dans les exploitations agricoles des Hautes-Pyrénées a diminué de 20 % et représente, en 2010, 5 040 unités de travail annuel (UTA). Les 5 160 exploitations agricoles des Hautes-Pyrénées restent des entreprises familiales que dirigent 5 540 chefs et coexploitants, avec l’aide permanente de 3 040 autres personnes qui leur sont, neuf fois sur dix, apparentées. Cet effectif total de 8 580 personnes représente, en équivalent temps plein, 4 850 UTA.

D’autres travailleurs viennent en renfort lors de pics d’activité, notamment saisonniers. La main-d’oeuvre occasionnelle fournit ainsi 154 UTA et les employés des entreprises de travaux agricoles en apportent 40. Les exploitations spécialisées en bovins-viande fournissent la plus grande part des emplois agricoles (25 % du nombre d’UTA), suivies par les élevages d’ovins, caprins et autres herbivores (20 %), de grandes cultures (18 %) et de polyculture et polyélevage (16 %). 

Les exploitants individuels emploient en moyenne 0,9 UTA, contre 2,6 pour les GAEC et 1,9 pour les EARL. Les 61 % de petites exploitations contribuent au vivier d’emploi agricole du département pour 40 % du nombre total d’UTA. Les grandes exploitations, bien que très minoritaires (7 %), utilisent 17 % des UTA et 48 % du travail réalisé par la main-d’oeuvre non familiale.

Une exploitation sur quatre en circuit court

En 2010, 4 % des exploitations agricoles transforment elles-mêmes tout ou partie de leurs productions. En dix ans, leur effectif est passé de 265 à 210 et leur part relative n’a pas évolué. Il n’y a guère que dans les élevages hors sol (porcins, volailles) que les ateliers de transformation soient relativement fréquents (une fois sur dix).

Les exploitations qui transforment elles-mêmes leurs produits utilisent quasiment toutes, en parallèle, un réseau court de distribution. Il prend la forme soit de vente directe au consommateur, soit de vente via un seul intermédiaire : le restaurateur, le commerce de détail… Les 4 950 exploitations qui ne font pas de transformation à la ferme sont aussi, dans près d’un cas sur quatre, concernées par les circuits courts. La moitié des éleveurs d’ovins ou caprins et le tiers des éleveurs de bovins-viande ont recours aux circuits courts. 

Au total, l’effectif des exploitations agricoles pratiquant ces formes de commercialisation atteint 1 350 en 2010. L’augmentation depuis le précédent recensement de 2000 est, avec celle de l’Ariège, la plus notable des départements de Midi-Pyrénées, en effectif (+ 54 %) comme en part relative (26 %, treize points de plus qu’en 2000).

Recensement agricole de Hautes-Pyrénées : premières tendances

Les formes sociétaires très peu représentées

Dans les Hautes-Pyrénées, 91 % des exploitations agricoles sont dirigées par des exploitants individuels. Ce taux est très supérieur au taux régional de 76 % en raison de la forte représentation des petites exploitations (61 % contre 45 % à l’échelon régional).

On ne trouve ainsi que 3 % de GAEC et 4 % d’EARL. Même dans les moyennes et grandes exploitations, la part des formes sociétaires est en dessous du taux régional avec 6 % de GAEC et 11 % d’EARL (respectivement 13 % et 21 % en Midi-Pyrénées), y compris dans les exploitations spécialisées en élevages herbivores : 8 % de GAEC et 6 % d’EARL (en région : 19 % et 17 %).

Comme sur la France métropolitaine et sur Midi-Pyrénées, les chefs d'exploitation sont plus jeunes dans les exploitations de grande taille. Leur âge moyen y est de 45 ans contre 48 ans dans les exploitations de taille moyenne et 58 ans dans les petites exploitations.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier