Recensement agricole Nord-Pas de Calais : premières tendances

Bien que réputé pour sa forte densité de population (324 hab/km2), son important maillage d’infrastructures et ses industries, le Nord-Pas de Calais est aussi une région agricole, les conditions pédo-climatiques y sont en effet très favorables. La surface agricole utile (SAU) représente 66 % de sa surface. Alors que le région n’occupe que 2,3 % du territoire national, elle représente près de 3 % du nombre d’exploitations et regroupe 3 % des actifs agricoles.

Recensement agricole Nord-Pas de Calais : premières tendances

27 300 hommes et femmes travaillent dans les exploitations agricoles

En Nord Pas de Calais, 27 300 personnes participent régulièrement au travail des exploitations agricoles en 2010. Les 16 900 chefs d’exploitation et coexploitants fournissant 59 % du travail, constituent le pilier de cette main d’oeuvre. En revanche, si la participation du reste de la famille est traditionnelle dans ce secteur, elle se réduit fortement. Ils ne sont plus que 6 200 conjoints non coexploitants ou autres actifs familiaux alors qu’en 2000, on en dénombrait encore 13 300 et ne constituent plus que 13,7 % de la force de travail, par rapport à 19 % en 2000. Au sein de la main d’oeuvre familiale, la part du salariat augmente ; il concerne 17 % des membres de la famille participant à l’activité de l’exploitation contre 5 % en 2000. 16 % des exploitations agricoles recensées emploient 4 160 salariés permanents, hors cadre familial. Ceux-ci fournissent près de 15 % du travail et près de 17 % dans les grandes exploitations.

En région, le nombre de salariés est resté globalement stable, majoritairement présents au sein des grandes exploitations : plus de 25 % d’entre elles en emploient. Enfin, 11 % du travail est assuré par une main d’oeuvre occasionnelle ou saisonnière. Il est fortement lié à la présence de certaines productions comme la production endivière. 74 % des exploitations agricoles, en particulier les moyennes et grandes (87 % d’entre elles) ont recours à des prestataires externes, entreprises de travaux agricoles et CUMA. En 2000, seulement 55 % des exploitants y avaient recours.

Recensement agricole Nord-Pas de Calais : premières tendances

Une nette concentration économique

Le nombre d’exploitations est de 13 500 en Nord-Pas de Calais, soit 2,7 % des exploitations françaises. Ces exploitations occupent un espace important : 817 700 hectares de surface agricole utilisée en 2010, soit près de 66 % de la surface régionale,  mais aussi des bâtiments, des cours, des bois, des landes. Au total, elles s’étendent ainsi sur 828 200 hectares. Depuis 2000, la SAU a régressé de 20 500 hectares, soit plus de 2 000 hectares par an. La région ne connaissant pas de déprise agricole, la perte de surface est liée à l’artificialisation des sols notamment au profit de l’habitat individuel et des infrastructures dans une moindre mesure. Ce sont 4 600 exploitations qui ont disparu, soit un quart d’entre elles en dix ans et deux sur trois en quarante ans.

Les systèmes de production en région restent divers et diversifiés. Toutefois, la part des exploitations orientées vers les grandes cultures domine et a fortement augmenté passant de 35 % du nombre d’exploitations en 2000 à 44 % en 2010, et leur nombre de 5 900 en 2010 n’a diminué que de 6 %. A l’inverse les exploitations ayant des productions animales représentent en 2010 52 % des exploitations en 2010, alors qu’elles représentaient 60 % d’entre elles en 2000, soit une diminution de 36 %. La restructuration et la concentration du secteur laitier se sont poursuives : - 36 % d’exploitations en bovins lait. Le nombre d’exploitations mixtes régresse rapidement : - 35 % d’exploitations de polyculture et polyélevage entre 2000 et 2010. Les élevages spécialisés hors bovin sont aussi en net recul : - 48 % pour les élevages d’ovins et autres herbivores et – 31 % pour les élevages hors sol. Les exploitations en maraîchage et horticulture ont disparu aussi au rythme de – 35 %.

10 500 exploitations ont un potentiel de production d’au moins 25 000 euros. Ces moyennes et grandes exploitations représentent 78 % de l’ensemble des exploitations, contribuent à 98 % de la production agricole potentielle régionale et occupent 97 % de la superficie agricole. Les grandes exploitations, dont le potentiel de production dépasse 100 000 euros sont les plus nombreuses. Elles représentent en 2010 la moitié des exploitations contre 42 % en 2000, produisent 86 % de la production agricole potentielle régionale et occupent 79 % de la surface agricole utilisée.

Recensement agricole Nord-Pas de Calais : premières tendances

Des modes variés de diversifi cation

En Nord Pas de Calais, 11% des exploitants ont une activité de diversification. Ces diversifications restent liées majoritairement aux productions agricoles de l’exploitation. Ainsi, la première activité (34 %) est la transformation des produits sur l’exploitation, le lait étant le produit le plus transformé (54 % des exploitations concernées). Le travail à façon agricole est la deuxième activité, avec 26 % des exploitations déclarant une diversification. L’hébergement sur l’exploitation est bien représenté avec 15 % des exploitations ayant une activité de diversification.

Cette importance est à mettre en lien avec le caractère très peuplé de la région, favorisant la mise en place de réseaux tels que gîtes ruraux ou «campus vert», logement d’étudiants à la ferme.19 % des exploitations commercialisent en circuits courts, pour 17 % en moyenne nationale. Pour 45 % d’entre eux ce mode de commercialisation représente moins de 10 % du chiffre d’affaires, alors que pour 24 % cette part est de plus de 75 %.

Source Agreste

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier