Recherche : Réduire les émissions de gaz à effet de serre d'origine agricole

Du 28 février au 4 mars a lieu en France la seconde conférence du «Global Research Alliance on Agricultural Greenhouse gases» (GRA), un consortium entre 31 états, dont l'objectif est d'améliorer la productivité de l'agriculture tout en réduisant les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES).

C'est l'Inra qui organise cette rencontre et accueille les groupes de travail sur trois de ses centres de recherches : Clermont-Ferrand-Theix, Versailles-Grignon, et Orléans. « La GRA a une vocation essentiellement de coopération et de coordination des recherches sur le domaine de l'atténuation des GES d'origine agricole», explique l'Inra dans un communiqué.

L'agriculture est, en effet, un secteur émetteur de gaz à effet de serre (au plan mondial 13 , 5% des émissions directes). De plus, la production agricole et la sécurité alimentaire sont vulnérables au changement climatique. Les travaux de recherche doivent donc viser des innovations permettant à la fois d'adapter l'agriculture et la forêt au changement climatique et d'atténuer les émissions de gaz à effet de serre . Enfin l'agriculture, peut contribuer à compenser les émissions de GES grâce au stockage de carbone dans les sols.

La Global Research Alliance (GRA) est un consortium international d'états, initié par plusieurs pays de l'OCDE sous l'impulsion de la Nouvelle Zélande. Trente-et-un pays sont actuellement membres. Il faut y associer comme observateurs la Chine, la Corée du Sud, le Brésil et l'Afrique du Sud, ainsi que la Commission Européenne. Cette initiative a été lancée à Copenhague en décembre 2009, en marge de la 15ème « Conférence des parties » (COP 15) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques. Cette déclaration ministérielle a été signée par la France (Bruno Le Maire).

Source Inra

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier