Récolte de menues-pailles à l'ETAFolliot : testé en 2013, acheté en 2014 et vulgarisé en 2015

T.Guillemot

Récolte de menues-pailles à l'ETAFolliot : testé en 2013, acheté en 2014 et vulgarisé en 2015
- © TG

L'ETA Folliot (Montabot-50) propose, pour la prochaine moisson, une New Holland CR9080 équipée d'un récupérateur de menues-pailles. En 2014, elle s'est faite la main, ou plutôt la barre de coupe, sur 200 ha environ.

C'est en 2013 que l'entreprise Folliot(1) a loué une machine équipée. Histoire de récupérer la menue-paille mais histoire aussi de récupérer les impressions de la clientèle. 150 ha y sont passés avec satisfaction et, au cours de l'hiver et après réflexion, l'entreprise a décidé d'investir dans une moissonneuse-batteuse neuve New Holland CR9080 montée du système Thiérart.
“Nous avons battu de la sorte l'an dernier 200 ha et espérons monter à 300 ha lors de la moisson à venir”, pronostique Nadine Elisabeth, gérante de l'ETA et par ailleurs secrétaire d'EDT Normandie.
A peine 5 litres de plus à l'hectare
Du côté de l'entreprise Blanchard qui a commercialisé l'ensemble, on met en avant le châssis de la moissonneuse adapté à recevoir, avec fiabilité et longévité, l'équipement pour au final “un encombrement qui reste raisonnable”. Côté performance, on annonce du “6 km/h qui ne pénalise pas le débit de chantier et une légère surconsommation de l'ordre de 5 l/ha”.
Nicolas, le chauffeur, confirme en insistant sur “un empattement court grâce au chariot Cochet directionnel. Sur la route, ça se conduit comme un petit train en ville”. Il faut cependant rester vigilant même si l'ensemble n'est guère plus long qu'une machine 6 secoueurs.
30 % en sus mais des économies en face
Le récupérateur de menues-pailles représente un coût supplémentaire. Un caisson se négocie aux alentours de 60 000 e. Alors quel prix de battage à l'hectare ? “30 % en plus, annonce Nadine Elisabeth. Après, à chacun de faire ses comptes. Certains de mes clients 2013 m'ont indiqué qu'ils avaient économisé un traitement l'année suivante”. Récupérer de la menue-paille, c'est en effet récupérer aussi des graines d'adventices. Au-delà, il y a la valeur économique de cette litière utilisée par exemple en volaille. A défaut d'être convaincus, vous pouvez toujours tester cette technique en 2015. Dans certains départements, elle représente 30 à 40 % des surfaces battues.
(1) : si vous voulez connaître une ETA équipée d'un récupérateur de menues-pailles près de chez vous, contactez EDT (Entrepreneurs Des Territoires) Normandie au 02 33 79 33 72.

Source l'Agriculteur Normand

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier