Recyclage des déchets : La profession agricole pionnière

Carole de Boyer d'Eguilles

Recyclage des déchets : La profession agricole pionnière

La France et la profession agricole sont pionnières dans ce domaine. Notre pays est en effet le seul en Europe à disposer d'une organisation nationale ayant vocation à récupérer ces déchets sur l'ensemble du territoire. « Sur les filières les plus avancées, de types produits phytosanitaires, emballages plastiques, le maillage de la collecte couvre l'ensemble du territoire, explique Pierre de Lépinau, directeur d'Adivalor. Sur des filières récentes, comme les films plastiques, le maillage est en cours de constitution, mais l'objectif est de couvrir l'ensemble du territoire à l'horizon 2012 -2013. » Pour les produits phytosanitaires, potentiellement les plus dangereux pour l'Homme et l'environnement, le réseau de collecte est bien structuré, puisqu'il compte pas moins de 4 000 points de collecte répartis sur tout le territoire, soit presque autant que des déchetteries pour produits ménagers.

Le pourcentage de déchets collectés est en constante augmentation (il atteint 68 % pour les EVPP, 35 % pour les emballages d'engrais…), mais il ne faut pas y voir la traduction d'un accroissement des déchets générés sur les exploitations, c'est en fait le reflet de la participation croissante des agriculteurs aux collectes. « Il n'y a pas plus de déchets, mais plutôt moins. Concernant les produits phytosanitaires, on assiste à une utilisation plutôt à la baisse, une gestion des stocks sur les exploitations de plus en plus fine. Il y a de moins en moins de PPNU. On assiste aussi à une forte baisse de l'utilisation d'engrais, qui devrait se poursuivre, car il y a un raisonnement de plus en plus fin des applications, commente Pierre de Lépinau. Potentiellement, la production de déchets est plutôt à la baisse. Le point-clé en matière de prévention, ce sont les bonnes pratiques. Pour pouvoir valoriser correctement un déchet, il faut qu'on le récupère préparé de façon à ce qu'il soit au minimum souillé par des produits, de la terre ou par autre chose.

D'où l'importance des préconisations sur le rinçage des emballages, la vidange, le rinçage, le nettoyage des plastiques qui sont des phases clés permettant d'améliorer grandement les phases de valorisation. A titre d'exemple, aujourd'hui, plus de 95% des bidons collectés sont propres » facilitant ainsi leur valorisation. « Les agriculteurs sont prêts à faire des efforts quand on leur propose des dispositifs et qu'on leur donne les moyens », note Jean-paul Dupuy, ingénieur filière à l'Ademe.

 

Source Ja Mag

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier