Réforme de la pac : Xavier Beulin contre une baisse importante des aides

Réforme de la pac : Xavier Beulin contre une baisse importante des aides

Alors que les débats sur la future politique agricole commune sont encore en cours, Xavier Beulin s’est exprimé mardi 11 juin à ce sujet.

Le président de la FNSEA, accompagné d’Henri Brichart, son vice-président, s’est exprimé hier devant la presse au sujet de la future politique agricole commune pour laquelle il espère que les limites de ce qui est acceptable seront fixées.  Pour lui le risque principal réside dans l’évolution des aides de la Pac (les actuels DPU) qui sont soumises à trois réformes combinées : celle du verdissement, de la convergence et du découplage. Xavier Beulin estime ces évolutions doivent être considérées de manière liée afin d’éviter des réductions excessives d’aides Pac qui « risquent de déstabiliser les agriculteurs ».

Pourtant, le verdissement et la convergence pourraient faire subir un prélèvement important auquel s’ajoute le possible impact de la surprime aux 50 premiers ha souhaitée par Stéphane Le Foll. Une évolution qu’Henri Brichart juge  « une fausse bonne idée ». Selon lui, elle risque de provoquer d’autres inégalités alors qu’elle est faite dans le but d’amortir la baisse des aides aux éleveurs intensifs. C’est pourquoi, Xavier Beulin insiste sur le fait que « la marche à franchir ne doit pas être trop importante », il considère que la future Pac ne doit pas entraîner une baisse trop importante entre ce que chacun percevra en 2014 et ce qu’il percevra l’année suivante. Le taux maximum pourrait être envisagé à 7%. Et la convergence des aides devrait être limitée à 50% par rapport à la moyenne d’ici 2020. De plus, afin de tenir compte de la diversité des agricultures en France, le verdissement devrait être proportionnel aux aides par exploitant. Enfin, le découplage devrait permettre une part maximale aux aides couplées, l’élevage bovin étant le plus concerné.

Sur le même sujet

Commentaires 7

yep

ah les fameuses aides aux structures de 50ha ou moins qui font de la vente directe crée de l'emploi oui dans les strcuture cereaieres c zero black , par contre j'ai vu nombre d'exploitations ou vente directe il y a et il sorte 1/3 au blackos + main d'oeuvre familiale non declarée, s il faut donner des subventions et en plus perdre des rentrées fiscales , d'autant que fondamentalement ca ne change pas grand chose en terme d'emploi juste des vases communicants
quand 7 années sur 10 en zone intermediaires les revenus de cerealiers sont a peine decent vu le montant des investissements ,des responsabilités, entre 500 et 1200euors/mois , perdre 5 000 euros ca va faire mal , c sur qu'en zone riche ile de france picardie nord somme.... ca va ne poser aucun probleme de perdre 15 000 euros par an

youpala

le debat n'est pas fini d'etre tranché , la vraie mauvaise idée c que le budget pac ait baissé , alors que dans tous les grands blocs les soutiens sont en augmentation, preuve d'une foi en l'agriculture et de sa necessité partout dans le monde suaf en europe ....curieux
apres l'griculture est tellement diverses que c compliqué au nom de quoi les petits eleveurs de montagnes vont toucher des primes et peu les laitiers et encore moins les fruitiers? quel est le critere? le travail? j'ai travaillé dans mon long parcours dans les fruits , les cereales, l'allaitant , le laitier , le plus penible le laitier , le moins penible l'allaitant, j'ai travailler chez des cerealiers bien plus que chez des allaitants et parfois meme bien plus que chez des laitiers , comme quoi les on dit , faut etre realiste le type qui a 50 ha et un troupeau d'allaitantes pour moi c'est un mi temps pas plus , on peut penser que vu le niveau de production et de travail c plus proche de l'assistanat et d'une prime a l'entretein du paysage

la chevrevache

oui, alrieu, c'est ça la politique de la fnsea

ALTOS229

LES 50 HA EST INDISPENSABLE POUR MAINTENIR L ELEVAGE ET L EMPLOI SINON ONT VA ENCORE FAVORISER LES GRAND EXPLOITATION DE CULTURE

phil

d'accord avec alrieu
Henri brichart dit quand meme"elle risque de provoquer d'autres inégalités"
quand on voit ce qui se passe avec l'aide laitiere et les critères d'attribution.....
Pourtant tout producteur est touché par la crise?????????

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier