Réforme des aides : Bruxelles se sent forte malgré les critiques

Réforme des aides : Bruxelles se sent forte malgré les critiques

La Commission européenne s'estime confortée dans ses ambitions de réforme de la Politique agricole commune après la publication d'une évaluation de la Cour européenne des comptes qui juge pourtant le projet bien trop timoré et trop complexe.

   Selon la Cour des comptes, le projet de réforme des aides agricoles demeure "trop complexe". En outre, plusieurs de ses dispositions-clé ne vont pas assez loin, déplore la Cour.

  S'agissant des ambitions affichées par la Commission de limiter les paiements aux agriculteurs actifs et de plafonner les aides aux grosses exploitations, la Cour estime ainsi que les mesures proposées ne permettront pas de les réaliser pleinement. En effet, "des paiements risquent de continuer à être versés à des bénéficiaires qui n'exercent aucune activité agricole", malgré la volonté afficher de les limiter aux "agriculteurs actifs", a précisé la Cour.

  Le projet de réforme permettra tout de même d'empêcher qu'à l'avenir des aéroports ou des clubs de golf puissent toucher des aides agricoles, s'est défendu Roger Waite, porte-parole de la Commission européenne en charge du dossier, tout en assurant être "ouvert à une définition améliorée" de la notion d'agriculteur actif.

  De même, en dépit de l'annonce de vouloir plafonner les paiements aux grandes exploitations, la Cour relève qu'elle n'aura que "des effets limités sur la redistribution" de l'aide.

  Selon la Cour la réforme proposée pourrait même "engendrer une augmentation de 15% des coûts de gestion du régime des paiements directs".Malgré cette avalanche de critiques, Bruxelles se réjouit "que la Cour reconnaisse nos efforts vers la simplification - et soutienne la plupart des concepts clés comme le +verdissement+ des aides, le plafonnement, le soutien aux petits agriculteurs et la quête d'une définition plus stricte d'un agriculteur actif", a précisé Roger Waite.

  Le projet de réforme de la PAC, présenté en octobre 2011 par le commissaire à l'Agriculture Dacian Ciolos, est actuellement vivement discuté au niveau des ministres européens de l'Agriculture, qui se retrouvent à Luxembourg la semaine prochaine. Les nouvelles dispositions de gestion des milliards de la PAC, qui représentent actuellement quelque 40% du budget européen, doivent entrer en vigueur début 2014.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

LOLO

JE REVIENS SUR LE TERME DE PLURIACTIF, CE N'EST PAS LE PROBLEME CAR IL YA DES PLURI QUI SONT AVANT TOUT AGRICULTEUR, MAIS C'EST LES REVENUS QU'ILS PERCOIVENT. TOUT REVENU DOIT ETRE COMPRIS POUR DONNER UNE BASE POUR AVOIR LE DROIT DE TOUCHER OU NON LES AIDES PAC ET NE PAS PAR EXEMPLE DIRE QUE LES REVENUS DES LOCATIONS OU AUTRE NE SONT PAS DES REVENUS DU TRAVAIL!!!!!! ON EN A MARRE DE PAS SE SORTIR DE SALAIRE ET DE VOIR DES GENS QUI ONT DE GROS REVENUS EXTERIEUR TOUCHER DES AIDES QUI SONT POUR EUX QU'UN PETIT PLUS!!!!!!!!!

raboliot

la definition de l'agriculteur actif est simple: c'est celui qui travaille avec son materiel et ses animauxet non celui qui commande des sous traitants en habitant dans les iles defiscalisées et qui touche les primes PAC par le biais de sociétés

polo

Il faudrait avant tout attribuer les primes Pac à des gens dont l'agriculture est le vrai métier et la source de revenus unique et non plus à des pluri actifs et autres détenteurs de foncier pseudo agriculteurs.

Vertumne

Reforme de la PAC ;Apres le bien-être des poules pondeuses,le bien-être des paysans !!!!!Si Bruxelles attend le même résultat ça devient effrayant ...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier