"Relevons collectivement les défis pour préparer demain"

FEDER UCA

"Relevons collectivement les défis pour préparer demain"

Dans une interview accordée à "l'actualité de nos coopératives";, la publication de FEDER, le Président de la FNSEA, livre son analyse sur les grands enjeux du moment : la restauration collective, l'association animal-végétal, les marchés export, l'opposition secteur coopérative-secteur non coopératif, etc...

Dans ce nouveau numéro vous découvrirez la vie de nos coopératives et l’interview du président de la FNSEA, Xavier BEULIN, qui nous donne son avis général sur la situation de la filière bovine. À travers son interview vous vous rendrez compte que nos choix et nos axes stratégiques sont confortés notamment par rapport à la massification de l’amont, à l’association avec le monde végétal dans le cadre d’une économie circulaire sur notre propre territoire.

Découvrez la suite de l'article dans la pièce jointe.

Pièces jointes

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 2

ppi

Je partage tout à fait la réflexion précédente.Que devient l'adhérent face à toute cette économie coopérative? Nous voyons des initiatives afin de se réapproprier de la valeur ajoutée(création petites coop d'achat et vente marchés a terme et bien d'autres projets).Les coop ,à un moment,n'ont pas su s'approprier la vente de leurs produits transformés ou à transformer,les agris n'ont fait que produire.Il y aurait là une grande réflexion à mener surtout que la manière d'acheter va changer(dans 10 ans nous pousserons peut-être plus le caddie. Osons croire que les adhérents y trouveraient quelques suppléments de revenu,le servage serait atténué.

aaaa

Quelle surprise ! il manquerai plus que m.Beulin, président de je ne sais plus combien de coop, filiales et autres trust, s'oppose à ce qu'il bâtit tous les jours. massification : concept formidable qui consiste à éloigner les agriculteur (adhérents et fondateurs de toutes les coop que nous connaissons) des prises de décisions propres à leur avenir. Les dirigeants de ces mastodontes n'ont pour seul discourt de conforter leur entreprise mais ne parle jamais de conforter leurs adhérents ! Que reste t'il à l'agriculteur qui achète tous ses appros, matos, phytos, semences, etc, à la coop et lui revend également tout ? il lui reste le droit de travailler pour des marges que le directeur de la coop lui estime suffisantes ! j’appelle ça du servage.

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier