Réorientation des aides agricoles : Les céréaliers craignent pour leur revenu

SC

Alors que le ministre de l'Agriculture est sur le point de fixer les nouvelles modalités de la répartition des aides PAC en France, les céréaliers craignent de payer cher cette réorientation des aides.

Dans un communiqué, Orama, estime que les orientations que le ministre de l'Agriculture semble vouloir prendre seraient «ravageuses pour les exploitants spécialisés dans la production de céréales et d'oléoprotéagineux». Cette Union, qui fédère les associations affiliées à la Fnsea de producteurs de céréales et d'oléoprotéagineux, estime que «le revenu moyen des producteurs de grandes cultures, qui s'est établi à 24.500€ par an sur la moyenne des années 1999 à 2008 , serait amputé de 10.000 €, voire davantage ».

« Les producteurs de grandes cultures sont abasourdis par de telles perspectives. Il serait impardonnable à leurs yeux que le Gouvernement avalise cette démarche » ajoute Orama.

Les producteurs de grandes cultures rappellent « qu'ils sont prêts à d'importantes évolutions en matière d'aides de la PAC, pourvu qu'elles soient réalistes ». Au terme du bilan de santé, ils ont fait des propositions de rapprochement progressif des montants des aides à l'hectare versés aux différentes productions (aides du « premier pilier » de la PAC). Ils estiment que ces propositions sont déjà courageuses et demandent au gouvernement de les suivre.

A l'occasion de leur congrès, à Strasbourg, les céréaliers avaient exprimé leurs souhaits de ne pas recourir à l'article 64, qui autorise la réaffectation des soutiens découplés à un autre secteur. Mais ils s'étaient dit prêts à lâcher du lest sur l'article 68, qui permet de réorienter les aides découplées du premier pilier au titre notamment de la qualité et de l'environnement... Mais sans aller jusqu'au 10 % autorisés par la Commission européenne. Orama est également d'accord pour renoncer à terme aux références historiques, pour lesquelles de sévères batailles ont été menées en 2003.

Michel Barnier doit trancher avant la mi-février.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier