Réunion du CDASA à St-Affrique : La journée «circuits courts» a fait le plein

Didier BOUVILLE

Le succès de la journée organisée au lycée agricole La Cazotte à Saint-Affrique le jeudi 10 décembre illustre l'intérêt grandissant en faveur des circuits courts. Pour le comité de développement agricole du sud-Aveyron (CDASA) de la Chambre d'agriculture, il reste maintenant à «transformer l'essai» selon son président François Giacobbi.

C'est dans un amphithéâtre du lycée La Cazotte quasiment plein et composé d'éleveurs, maraîchers, apiculteurs, arboriculteurs..., que s'est déroulée la journée sur les circuits courts organisée par le CDASA présidé par François Giaccobi. Il était entouré de Françoise Morizot du Centre d'Etudes et de Ressources sur la Diversification (CERD) créé en 1990 et basé à la Chambre régionale d'agriculture de Bourgogne à Château-Chinon. Cette journée était la première action concrète émanant du comité de pilotage «circuits courts» lancé en 2007 par le Parc Naturel Régional des Grands Causses (PNRGC). Lequel a inscrit dans sa charte la valorisation des produits locaux en circuits courts, a rappelé la directrice du PNRGC Frédérique Nègre.

«Le tiers des projets d'installation»

Environ «10 %» des 1 700 exploitations agricoles que compte ce territoire sont engagées dans les circuits courts, une activité qui concerne aujourd'hui «le tiers des projets d'installation» dit François Giacobbi. Sébastien Gayraud, du GAEC de la Cipède à St-Rome de Tarn, producteur de lait de brebis et de volailles qui va abandonner le lait pour s'orienter vers une production de volaille en vente directe, a animé la journée ponctuée de témoignages de producteurs. Il fait partie du groupe de réflexion prospective «circuits courts» du CDASA qui rassemble treize producteurs.
Le contexte actuel est en effet favorable au développement des circuits courts, confirme le CERD, «ils répondent à une demande forte des consommateurs à la recherche d'une offre de produits de proximité et de lien avec les producteurs. Ils s'inscrivent aussi dans les réflexions sur l'agriculture durable du Grenelle de l'environnement». Mais ce volet environnemental est sujet à caution chez des producteurs locaux qui commercialisent leurs produits en circuits courts à Lyon ou à Paris, sans intermédiaire, en vente directe, mais à des distances longues.

Professionnalisme

Une chose est sûre, et cela a clairement été souligné dans les témoignages, la réussite en circuit court exige du professionnalisme dans le triple processus de production, de transformation et de commercialisation. Et une longue réflexion avant de se lancer dans ce type d'activité caractérisée par un individualisme pas toujours choisi, et un manque de références technico-économiques. La démarche d'accompagnement du CDASA mise donc sur le «tutorat», que d'aucuns préfèrent appeler «parrainage», pour aider les porteurs de projets, et pourquoi pas, inviter les producteurs à réfléchir en groupe pour s'impliquer dans un tutorat, participer à des rencontres, exprimer leur point de vue sur la création d'un nouvel atelier d'abattage de volailles, suite à la fermeture de celui des Charmettes à Millau, ou pour la mise en place d'un système de vente collectif sur les agglomérations du sud de la France.

Questionnaire

C'était d'ailleurs la teneur du questionnaire que devaient remplir les personnes présentes. «Sur les 130 producteurs présents, 72 ont rempli le questionnaire» indique Joël Thomas, chef de région du CDASA. «C'est plus par rapport à la journée Climfourel que nous avions organisée sur le même principe en septembre 2008». Le groupe de réflexion prospective «circuits courts» va rapidement dépouiller les réponses puis se réunir, idem pour le comité de pilotage du PNRGC. «Cette journée était un pari, que nous avons réussi» a conclu François Giacobbi, «il reste à transformer l'essai, à analyser les questionnaires, afin d'amener des réponses. Dans un monde paysan qui s'interroge, avec des prix en baisse, cette réunion prouve qu'il y a des domaines où l'on peut aller chercher de la valeur ajoutée et donner envie aux jeunes de s'installer». Un avis confirmé par les témoignages de la journée.

Source La Volonté Paysanne

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires