Revenu agricole : Décrochage en fin d'année

vendee agricole

En 2008, le revenu agricole enregistre une hausse de 6%. C'est ce qui ressort de l'échantillon de 1243 exploitations* du CER Vendée. Un chiffre qui recouvre des disparités selon les productions et qui passe au rouge pour les clôtures de décembre avec une baisse de 10%.

L'extrême volatilité des marchés, et les fluctuations de prix des produits et des matières premières n'ont jamais autant impacté le revenu des exploitations agricoles. Ce contexte bien connu des producteurs de porcs, est nouveau pour les autres productions. Ce sont les conclusions de l'analyse faite mardi par le CER Vendée, lors de la présentation des résultats économiques de ses adhérents. «La hausse globale du revenu de 6% en 2008, ne veut pas dire grande chose » note Pascal Bertaud, conseiller de gestion « En 2008, à quelques mois d'intervalles, les résultats peuvent se retourner. Si les exploitations de l'échantillon CER qui ont clôturé à l'automne bénéficient d'une hausse de leur revenu de 22%. Celles dont le revenu est calculé en décembre, voient leur résultat baisser de 10%.» Ainsi, si le résultat moyen d'exercice (+ salaires) est de 26 450 € en 2008, il se situe à 24 868 € pour les clôtures d'hiver.
Plusieurs raisons expliquent ce décrochage : la baisse du prix du lait à compter du 4ème trimestre 2008 avec un ralentissement de la production laitière au cours de la même période ; les restrictions de circulation des bovins entraînant des rétentions de broutards qui ont alourdi le marché du jeune bovin, une chute du prix des cultures, notamment en maïs grain, et pour couronner le tout une forte hausse du coûts de concentrés qui frappent toutes les productions. La baisse de consommation liée à la crise économique affecte également le secteur agricole avec ses premiers effets en fin d'année 2008.

Le lapin, le porc et les veaux de boucherie dans la tourmente

Pour 2008, sur l'ensemble de l'échantillon, le CER relève une augmentation de 9,2% du produit d'exploitation avec un bon contexte en lait, volailles et cultures jusqu'au premier semestre. En 2008 les producteurs de céréales voient leur revenu légèrement baisser : 43 710 € (résultat + salaires) contre 45 500 € en 2007. En lait, sur l'échantillon constant, le revenu est en forte hausse : 29 800 €, contre 20 800 €. En volaille, la baisse du prix des céréales conjugué à la hausse du prix à la consommation dopent le revenu des aviculteurs qui enregistrent une hausse de 13% avec un revenu du travail de 21 500 €/UTH. Les producteurs de viande bovine accusent le coup avec une baisse de 19% de leur revenu : 17 900 €. Mais les grands perdants sont les producteurs de lapins avec un revenu du travail de 8000 €/UTH, soit moins de 750 €/mois. Les producteurs de porc et de veaux de boucherie voient également leur revenu virer au rouge : en porc, la baisse du revenu du travail est de 21%.
D'une manière générale, c'est la hausse des charges estimée à 10% qui impacte le revenu agricole : elle se manifeste surtout avec une augmentation du prix des aliments, des engrais et des combustibles.

Des investissements stabilisés

L'agriculture continue à investir en 2008, avec des disparités selon les productions. Ce sont les producteurs de céréales et les élevages laitiers et mixtes qui investissent le plus : 25 000 €/UTH en système cultures et 19 500 € en lait. Les producteurs de viande marquent une pause avec un ralentissement des investissement : 13 000 € en 2008, contre 22 700 € en 2007.
Si la fin de l'année 2008 a été marquée par la baisse du prix du lait, quel pronostic donner pour 2009, chaque économiste a sa vision des évolutions des marchés. «Pour 2009, une chose est sûre : la bonne tenue des niveaux de consommation et le niveau du prix de l'aliment détermineront la rentabilité de nos exploitations», souligne Jean-Joseph Chaillou, président du CER Vendée.

Charges opérationnelles : Une hausse de 14,7%

-Aliments concentrés élevage bovins et lait : + 23, 7%
-Aliments productions spécialisées : + 16,9%
-Engrais : + 15, 3%
-Gaz : + 14%

*L'échantillon de 1243 exploitations comprend 662 exploitations qui clôturent en été et à l'automne et 581 en décembre.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier