Revenus 2012 : les chiffres revus à la baisse pour les céréaliers, à la hausse pour les éleveurs

S C

Revenus 2012 : les chiffres revus à la baisse pour les céréaliers, à la hausse pour les éleveurs

Les chiffres définitifs des revenus 2012 s’avèrent éloignés des chiffres prévisionnels et provisoires diffusés en décembre 2012 et juillet 2013. Les revenus des céréaliers auraient été surestimés et ceux des éleveurs sous-estimés, ce qui ravive les tensions sur la redistribution des aides de la PAC.

En décembre 2012, les services du ministère de l’agriculture ont diffusé les chiffres prévisionnels des résultats 2012 des agriculteurs, suivis en juillet, des comptes provisoires. Du fait de prix exceptionnellement élevés des céréales et autres grandes cultures, le mode de calcul utilisé prévoyait  un revenu moyen des producteurs de céréales, oléagineux et protéagineux de 72.100 €, près de deux fois supérieur à la moyenne nationale, et de 15.400 euros pour les éleveurs bovins.

Or les résultats réels, élaborés d'après les chiffres du réseau d'information comptable agricole (RICA), publiés la semaine dernière,  semblent bien éloignés de ces projections. Les chiffres définitifs font ressortir un revenu moyen de 56.700 euros pour les céréaliers en 2012 ; tandis que celui des éleveurs bovins a été révisé à la hausse à 21.500 euros.

« Les ordres de grandeur ne sont plus les mêmes et n’ont pas le même impact, dans un contexte de révision de la politique agricole commune (PAC)! » s’insurge les chambres  d’Agriculture (APCA) dans un communiqué. De son côté, la FNSEA s’interroge : « Comment se fait-il qu’il faille attendre le mois de décembre 2013 pour se rendre compte enfin que des chiffres publiés il y a un an sont faux, archi-faux ? ». Xavier Beulin a demandé samedi des "explications" au ministre de l'Agriculture s'inquiétant d'éventuelles "manipulations" en pleines négociations sur la PAC. « Ce n'est pas normal que nous ayons, tout au long de cette négociation sur la PAC, travaillé sur des chiffres qui étaient erronés" explique-t-il

Difficulté à anticiper l'évolution des charges d'engrais

Dans un communiqué, le service de statistique du ministère de l'Agriculture (SSP) affirme qu'il travaille "en toute indépendance professionnelle, conformément aux règles du Code de bonnes pratiques de la statistique européenne" et "le ministre de l'Agriculture et son cabinet ne prennent connaissance des chiffres qu'au moment où ceux-ci sont également transmis, sous embargo, aux membres de la Commission des comptes", selon une note de procédure du SSP.

 Ils expliquent que les évolutions de revenus selon les productions sont difficiles à anticiper précisément car elles sont très sensibles aux variations de la production et des consommations intermédiaires comme les engrais ou l'alimentation animale.

"En 2012, la surestimation du revenu des exploitations spécialisées en céréales, oléagineux et protéagineux lors des estimations provisoires est principalement liée à la difficulté à anticiper l'évolution des charges d'engrais", se justifie-t-il encore.

 

Sur le même sujet

Commentaires 22

c.geoff61

Déjà je suis pas agriculteur je suis prof dans l'agricole mais je partage votre problème de la lourdeur administrative qui me mange 1/3 de mon temps, tout le monde râle mais je trouve que personne ne fait rien. Et si cette lourdeur venait du désir de la majorité des français à ce que l'administration s'adapte à chacun de nos cas particulier, chaque fois que on s'en sent victime on gueule,et quand on gueule très fort à travers nos syndicats ou nos groupe de pression elle crée un autre règlement qui essaie de s'adapter à la nouvelle situation. En clair l'administration à force de vouloir s'adapter au réel par un désir de justice qui est l'essence de notre état sacrifie la liberté à l'égalité et au bout comme le serpent qui se mort la queue détruit l'égalité car seul les plus fort et les plus intelligents ont les moyens d'utiliser ses règlements. Il faut arrêter ça et on le demande à nos chers politiques qui sont eux même enarques, médecins, ing agro et donc super administrateurs. La seule réponse qu'ils connaissent, faire une loi, un nouveau règlement, une nouvelle commission, un nouvel organisme paritaire consultatif...
honnêtement je vois pas de solution, il faudrait une énorme légitimité politique pour taper dedans et est ce que nous sommes prêt à assumer la culture du risque qu'il y a derrière ?

geo

@BEAUDITLANIQUE: Décidément, vous n'aimez vraiment pas qu'on ne pense pas comme vous.

@teo: Il y a plusieurs façons de voir les choses. Pour ma part, je considère que renouveler son matériel régulièrement résulte d'une forte pression sociale et fiscale et démontre avant tout la forte dépendance des agriculteurs à un système dont ils ne maîtrisent plus grand chose.

ehoui

normal la france n'est qu'une machinerie adiministrative comme nulle autre ailleurs...ils s'autocréent leur emplois de demain en multipliant les reglements , les normes, la simplification ce serait trop d'emploi perdu , le paysan il peut faire des heures de travail en plus c'est pas il ne les comptent pas pas et ca le derange pas de ne pas voir ses gosses.....
le probleme de ses chiffres va bien plus loin , cette reforme est sans doute juste pour nous en zone tres favorisé cerealiere avec de gros dpu mais c'est la prostition des zones intermediaires

fabriormes

si l'on prend un peu de hauteur, on voit que l'administration à mis un an pour corriger ses chiffres (27% pour le revenu céréalier, rien que ça!), se justifiant par la difficulté d'apprecier la volatilité des intrants! quelle incompétance face aux agriculteurs confrontés chaque jour à ces problemes pour gerer leur entreprise! Et que dire du mépris qu'a l'administration envers le monde paysan quand elle impose son dictact de la PAC en s'appuyant sur ses bases de calcul qu'elle est incapable d'assumer!

BEAUDITLANIQUE

géo ne parle pas aux noms des agriculteurs tu ne l'est pas et ce n'est pas ton statut d'animateur de ce blog qui doit t'en donner le droit tu crois encore en ta légitimité juste parce que quelques gogo prennent la peine de te répondre soit lucide enlève ton nom de tes commentaires et lis les comme s'ils n'étaient pas les tiens tu te rendras compte du niveau sachant que ta mégalo est telle que tu serais capable de te contredire toi même ce dont tu as déjà fait la démonstration avec brio jouer les pères la morale en travaillant pour les banquiers n'en n'étant pas la moindre

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier