RGA : Une agriculture régionale forte et diverse !

Catherine Perrot

Le Recensement général agricole 2010 livre une photographie très précise de l'agriculture de la région. Premiers résultats.

Le Recensement général agricole (RGA) se déroule tous les dix ans. Celui de 2010 a concerné en France plus de 500 000 exploitations, pour lesquelles y répondre est une obligation légale. La remise des résultats de cette enquête officielle constitue un événement important, d'autant plus à l'heure où se préparent de nouvelles politiques publiques de soutien à l'agriculture : ce recensement constitue en effet une évaluation des actions passées et la fondation des actions futures.

La primeur des résultats français a été laissée au ministre de l'Agriculture, à l'occasion du Space de Rennes. Depuis, chaque région se charge de diffuser ses premiers résultats et leur déclinaison départementale. La richesse du RGA (plus de 700 données recueillies dans chaque exploitation !) fait que de très nombreuses déclinaisons thématiques en seront faites, pendant des mois voire des années !

La présentation des premiers résultats pour la région des Pays de la Loire et la Loire-Atlantique s'est déroulée le 26 septembre dernier, à la Préfecture, en présence de Jean Daubigny, Préfet des Pays de la Loire et de Loire-Atlantique, Vincent Favrichon, Draaf, Marc Jacquet, DDTM et Patricia Bossard, directrice du service régional de l'information statistique et économique à la Draaf.

En Pays de la Loire, le RGA a concerné 34 000 exploitations agricoles et il a mobilisé 165 enquêteurs, et dix personnes à la Draaf. « Cette enquête présente un caractère innovant : enregistrement, transmission et vérification automatique des données dès leur recueil sur le terrain, intégration des fichiers administratifs, nouvelles données environnementales…, », décrit Vincent Favrichon, le Draaf.

Le poids important de l'agriculture dans la région

Le RGA livre une photographie de l'agriculture de la région : elle confirme être une importante région agricole (la deuxième française, en nombre d'exploitations, derrière l'Aquitaine). L'emploi agricole représente 5 % de l'emploi total de la région, ce qui est aussi plus élevé que la moyenne française. « Mais en dix ans, le monde agricole a perdu le tiers de ses effectifs », ajoute Patricia Bossard.

Ces actifs agricoles sont de plus en plus souvent des chefs d'exploitation, ou des salariés permanents. « Par rapport à 2000, on observe une augmentation de la part des chefs d'exploitation et des salariés et une diminution de celle des actifs familiaux. » Les actifs agricoles ont donc un meilleur statut qu'avant, et ils sont aussi mieux formés : les trois quarts des moins de 40 ans de la région ont un diplôme au moins de niveau Bac.

Parmi les 34 300 exploitations de la région et sur la base de leur production brute standard, le RGA distingue des exploitations de taille petite

(-25 000 €), moyenne (de 25 000 € à 100 000 €) et grande (plus de 100 000 €). En dix ans, la part des petites exploitations a nettement diminué.

Le nombre total d'exploitations s'est également érodé durant dix ans (moins 36 %, une diminution plus forte que la moyenne française), mais le potentiel de production ne s'est pratiquement pas affaibli. L'élevage constitue toujours l'orientation principale de la plupart des exploitations (70 %). En dix ans cependant, la part des grandes cultures a augmenté (avec même une augmentation nette en surface), tandis que celle de la viticulture, de l'arboriculture et du maraîchage a diminué.

L'agriculture la plus diversifiée de France

Les productions régionales se caractérisent par leur force (en part de la production nationale) et par leur diversité. Les Pays de la Loire ont même l'agriculture la plus diversifiée de France, avec sept productions qui pèsent significativement à l'échelle nationale : lait, élevages hors sol, viande, grandes cultures, viticulture, maraîchage et horticulture.

Autre caractéristique des Pays de la Loire : un développement important de la production biologique (1 600 exploitations bio, 1 000 qui envisagent de se convertir dans les 5 ans), une part importante de productions sous signes de qualité, un bon développement des circuits courts et des activités de diversification comme la transformation et l'accueil à la ferme.

L'agriculture départementale embauche !

L'agriculture de Loire-Atlantique se caractérise par une part de salariat agricole plus élevée que la moyenne régionale, avec un nombre total de salariés agricoles en augmentation de 14 % depuis dix ans (alors que la tendance régionale est à une diminution de 7 %). Le maraîchage, la viticulture, l'horticulture et l'élevage sont, par ordre d'importance, les principaux employeurs de salariés agricoles.

En dix ans, en Loire-Atlantique, le nombre de bovins diminue peu (- 2 %, contre - 5 % ans la région) et leur poids est important : 70 % des exploitations en possèdent ! La part des bovins viande reste importante, avec une très faible décroissance du nombre de têtes (deuxième production du département, quatrième de la région). Le nombre de porcs est en augmentation (+ 6 % contre – 6 % dans la région). Le nombre de poulets de chair y croit fortement (+ 19 % contre + 13 % dans la région).

La Loire-Atlantique se distingue aussi par une part importante de productions bio (485 exploitations bio et 280 qui envisagent de se convertir dans les 5 ans). Enfin, 185 exploitations produisent de l'énergie renouvelable.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier