S’installer en agriculture avec tous les atouts en main

CA 63 BOISSIER

S’installer en agriculture avec tous les atouts en main
S'installer en agriculture dans les meilleures conditions

Des étudiants en agriculture, ont suivi des exposés en salle, illustrés par une visite de terrain, pour préparer, avec de bonnes clés en main, leur installation en agriculture.

Olivier Chapuzet

De futurs agriculteurs

« Nous travaillons beaucoup sur l’installation de jeunes en agriculture. » Olivier Chapuzet membre du bureau de la Chambre d'Agriculture, en ouverture d’une rencontre qui a réuni une cinquantaine d’étudiants de lycées et d’une maison familiale *, a souligné l’intérêt porté par les élus à ce challenge : mettre tous les atouts dans les mains des postulants au métier de paysan, afin qu’ils réussissent leurs parcours.

Les participants ont  pris connaissance du bilan et du profil des installations dans le Puy-de-Dôme et sur la PRA Combrailles, présenté par Fabien Clément, animateur. Ils ont ensuite écouté des exposés, données par Marie-Claire Pailleux et Valérie Gargot, conseillères d’entreprise, sur « Préparer son projet d’installation ». Interventions illustrées par le récit du parcours des deux jeunes témoins.

*Maison Familiale et Rurale de Gelles, Lycée agricole de Rochefort-Montagne, Lycée agricole de Durdat-Larequille

Alexandre installé hors cadre familial

Témoignage d'un jeune hors cadre familial

Alexandre Ribault, installé hors cadre à Moureuille depuis janvier dernier avec 50 % du capital de la société Gaec), a raconté des parties marquantes de son parcours. En l’occurrence un an d’apprentissage : « c’est vraiment la pratique, le terrain », et un an de stage parrainage : « c’est vraiment prendre des responsabilités, connaître les contraintes  administratives. Là on n’est plus apprenti ! »

A la question de la salle : tu t’es sentie comment par rapport à ces stages différents ? « Je dirai que le travail c’est une chose, la charge administrative c’est autre chose. Mais j’ai eu des cédants qui ont eu la volonté de m’accompagner. Notamment sur le fait que je voulais m’investir dans sélection en Charolais, alors qu’ils faisaient du broutard et de l’engraissement. » Conclusion ? « Tout le monde a fait des efforts, souligne sa conseillère d’entreprise. Les associés ont écouté Alexandre, qui de son côté leur a expliqué le pourquoi de son projet. » Alexandre a également évoqué les formations. « A ne pas prendre comme une contrainte. J’ai suivi des stages sur les comptes associés, la production en filière viande. C’est bien pour avancer, comprendre. On est avec d’autres jeunes, on discute, on échange. »

Jennifer installée en Gaec avec son père

Témoignage d'une jeune en famille

Jennifer Donnat installée en Gaec à Giat avec son père en 2011, explique avoir voulu devenir agricultrice « car cela me tenait à coeur, à condition d’avoir une vie en dehors du travail, de bénéficier d’un week-end sur deux. Je voulais du temps pour moi. » Un désir qu’elle a su concrétiser en préparant soigneusement son installation. Pour bien faire, elle a examiné avec son conseiller d’entreprise, Philippe Voyer, comment concilier un légitime souhait d’une vie « en dehors », avec la volonté de conduire une ferme qui dégage des revenus, tout en remboursant ses emprunts. Malgré quelques bémols (des bâtiments vieillissants et peu adaptés), elle a su s’appuyer sur les atouts de la ferme : parcellaire regroupé, une bonne génétique, « qui nous a permis d’augmenter notre production laitière sans augmenter le troupeau. » Et Jennifer, via son projet d’installation, a modernisé les bâtiments.

S’installer en agriculture avec tous les atouts en main

Gaec ou individuel ?

Olivier Chapuzet a souligné que « le temps de travail est un sujet important. Il s’agit de concilier vie de famille et passion pour son métier. Mettez cette donnée dans votre réflexion, intégrez-la dans votre projet d’installation. »

Avec les conseillers, il a fait remarquer aux jeunes participants, les avantages de s’installer en société, qui aujourd'hui représente les 2/3 des installations en France. Ils ont attiré l’attention sur le fait, que cette décision sous-entend « la volonté de partager les décisions et le travail, de mettre en commun des moyens de production. Il faut échanger et communiquer entre associés. »

Le mot de la fin a été laissé à Alexandre qui a répondu à la question : tu t’es installé en société pourquoi ? « Au début je ne voulais vraiment pas, je voulais être en individuel. Mais en suivant mon parcours à l’installation, j’ai constaté que ce n’était pas possible. » Résultat aujourd'hui ? « J’y trouve de l’intérêt, car le temps de travail est réparti, on peut s’appuyer sur son associé pour des évènements importants, et le revenu s’en trouve meilleur. »

L’après-midi la visite de l’exploitation de Régine et Sandrine Mangerer à Condat-en-Combrailles, a permis de davantage comprendre la nécessité de bien préparer son installation.

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier