SAF : L'assurance récolte ne doit pas être obligatoire»

Alors que les débats parlementaires sur le projet de Loi de Modernisation de l'Agriculture et de la Pêche débutent, la SAF-agriculteurs de France, a été auditionnée par le député Michel Raison, rapporteur du texte à l'Assemblée Nationale.

Dans un communiqué sur le sujet, la SAF-agriculteurs de France, forum de réflexion sur l'agriculture, salue « la place centrale qu'occupe la gestion des risques agricoles dans l'actuel projet de loi ».

Elle estime que les multiples aléas croissants (climatiques, sanitaires, économiques) auxquels sont exposés les chefs d'entreprise agricole, nécessitent de développer une palette d'outils de gestion des risques.

Cette palette doit absolument comporter, en complément du Fonds national de gestion des risques en agriculture à la fois une Dotation Pour Aléas (DPA) et des outils d'assurance.

Pour plus de pertinence et d'efficacité la SAF estime que :

-La DPA doit être proportionnelle au chiffre d'affaires de l'entreprise agricole « Elle pourra ainsi constituer un véritable outil de gestion de trésorerie lors d'aléas notamment économiques », estime la SAF..

- L'assurance « récolte » doit avoir une franchise adaptée au risque encouru. « A titre d'exemple, pour la plupart des entreprises de grandes cultures, un seuil de déclenchement de l'assurance à 30 % de pertes est inadapté », d'après la SAF.

Mais pour la SAF « le chef d'entreprise doit rester libre de ses choix dans la mise en oeuvre de la palette d'outils mis à sa disposition ». «L'assurance récolte ne doit pas être obligatoire, et la DPA ne doit pas être conditionnée à sa souscription», conclut-elle.

Source SAF-agriculteurs de France

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires