Safer : Le prix des terres agricoles : 5.090 euros l'hectare

Dans la foulée de la chute des revenus des agriculteurs, le prix des terres agricoles en France a baissé en 2009, une première depuis quinze ans, affirme la Fédération nationale des Sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural (FNSafer).

Pour la première fois depuis 1995, le prix des terres agricoles est en baisse de 1,6% à 5.090 euros l'hectare, comme le nombre des transactions (-4%), précise la FNSafer, qui publie chaque année un observatoire des prix du marché foncier rural. Ce marché est rattrapé par la crise économique et financière et particulièrement la chute des revenus agricoles depuis deux ans.

La FNSafer note toutefois que «dans un contexte financier incertain, des investisseurs se tournent à nouveau vers la terre agricole considérée comme une valeur refuge». Les personnes morales -des sociétés d'exploitation agricole ou des gestionnaires qui veulent diversifier leur portefeuille- ont ainsi accentué leur présence, achetant 15% des surfaces.

Le marché des maisons de campagne continue de baisser en 2009 mais semblait se reprendre en fin d'année. Ce secteur avait reculé dès 2007 comme celui de l'immobilier urbain. En 2009, il a enregistré une nouvelle baisse des prix (10,9%) comme des transactions (-10,2%). Toutefois, la tendance s'est inversée fin 2009 avec des transactions en nette progression.

La hausse du prix des vignes marque le pas

Sur le marché des vignes, la hausse s'essouffle. Après trois années de croissance, le secteur a enregistré une baisse des transactions en nombre (-14%) et en valeur (-19%). Le prix des vignes donnant des vins de qualité, dont les AOC, n'a progressé que de 2,5%, avec un prix moyen à l'hectare de 93.300 euros tandis que celui des vignes de vins de consommation courante a baissé de 3,4% (10.600 euros/ha).

Les grandes forêts avec des surfaces supérieures à 50 hectares et 100 ha ont été les plus touchées par la déprime avec une baisse des transactions, respectivement de 35% et 27%. Le prix moyen d'un hectare de forêt n'a progressé que de 0,9% à 3.170 euros l'hectare, un net ralentissement après douze années de hausse continue et surtout après une envolée de 16% entre 2006 et 2008.

Sur le marché des terrains urbanisables, le repli du marché, entamé en 2008, s'est confirmé. Le secteur public a maintenu ses achats et joué ainsi un rôle d'amortisseur de la crise alors que les promoteurs poursuivaient leur retrait.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier