Samedi 3 Avril : Journée du nouvel arrivant : Mieux se connaître pour mieux vivre ensemble

Samedi 3 Avril : Journée du nouvel arrivant : Mieux se connaître pour mieux vivre ensemble

Samedi 3 avril, à partir de 10 h, les agriculteurs gersois vous reçoivent sur leur ferme pour vous faire découvrir leur métier et la vie du monde agricole. Ambiance décontractée et conviviale avec la visite de la ferme et échanges autour de l'activité agricole, remise de la charte, buffet campagnard offert, animations et jeux pour les enfants...

Depuis bien des années déjà, ce petit morceau du Sud-Ouest qu'on appelle le Gers s'est bâti une solide réputation de pays où il fait bon vivre. Conséquence de cette réputation non usurpée, l'arrivée de nouvelles populations attirées par une vraie qualité de vie. Cette apparente douceur de vivre est due au fait que le Gers est resté l'un des derniers départements français essentiellement agricole. Ici l'agriculture est une activité économique de premier plan. Plus de 10 000 emplois, soit près de 15 % de la population active gersoise, sont liés à l'activité agricole. À ce chiffre, il faut ajouter les emplois directement liés à l'agriculture (agroalimentaire, concessionnaires de matériel agricole…) et les emplois induits dans les services. L'agriculture gersoise demeure un secteur économique essentiel avec un chiffre d'affaire annuel supérieur à 800 millions d'euros. De plus, elle valorise 75 % des surfaces et a façonné les paysages que nous connaissons aujourd'hui.

Le mariage de la tradition et du modernisme

Face à la relative pauvreté des sols et aux difficultés d'exploiter liées au relief, les agriculteurs gersois ont toujours joué la carte de la diversité, de la tradition et de la qualité.

Ainsi, le Gers a su développer de nombreux produits sous signes officiels de qualité : le poulet fermier ou le veau sous la mère en Label Rouge, les Appellations d'Origine Contrôlée Armagnac ou Floc de Gascogne, l'Identification Géographique Protégée Ail blanc de Lomagne ou Foie Gras du Gers ne sont que quelques exemples. En grandes cultures également, les efforts en terme de qualité sont permanents. En témoigne notamment le développement de la filière Pain du Terroir Gersois.

Cette richesse des savoir-faire et des produits explique la grande diversité des types d'exploitation agricole. Il n'y a pas de modèle unique de la ferme gersoise : c'est le céréalier dans les coteaux du Gers, l'éleveur de bovins Blonde d'Aquitaine dans l'Astarac, le producteur d'ail, de melon et de semences potagères en Lomagne, le viticulteur en Armagnac, l'éleveur laitier en Rivière Basse ou encore le gaveur-conserveur en Ténarèze…

Des agriculteurs passionnés et soucieux de préserver un mode de vie

Malgré toute la modernisation du matériel et des méthodes, l'agriculture demeure un métier dur et difficile dont la rentabilité par rapport à l'investissement est inférieure à celle des autres secteurs économiques. Pourtant, les agriculteurs choisissent ce métier avec passion. Leurs motivations sont liées à la qualité de leurs produits, aux liens qu'ils entretiennent avec leur territoire, les paysages et l'environnement. Le métier d'agriculteur est lié au « vivant » et demande de multiples compétences. Cela explique aussi certaines contraintes. Par exemple : l'obligation de moissonner en un temps limité pour garantir la qualité du blé, l'astreinte quotidienne pour le soin des animaux, le suivi continu des parcelles de vigne pour les préserver des attaques de nuisibles ou de maladies…

Le bonheur est dans le pré… à condition que chacun y mette du sien

Aujourd'hui, par leur initiative de la création d'une charte du nouvel arrivant, ainsi que des opérations, telle la journée du nouvel arrivant, lancée en 2008, les agriculteurs gersois confirment qu'à leurs yeux le célèbre sens de l'accueil gascon est non seulement une réalité, mais bel et bien un devoir. Après deux éditions à succès, la journée du nouvel arrivant est reconduite en 2010, le samedi 3 avril.

Le constat de départ est simple : chacun a besoin de l'autre. Les gersois ont besoin de ces nouveaux arrivants qui dynamisent leur département en participant au maintien des populations et donc au maintien d'infrastructures essentielles à la vie de tous les jours : écoles, poste, commerces de proximité, etc… Ils participent également et activement à la préservation du patrimoine : restauration de fermes, de maisons de village, de châteaux, etc… Autrement dit ils sont nécessaires à la vie des bourgs et des villages, à la vie du Gers tout simplement.

De l'autre côté, les nouveaux arrivants ont besoin des agriculteurs qui façonnent, modèlent et entretiennent ces merveilleux paysages de campagne. Sans les agriculteurs, ce territoire de quelques 100 000 hectares qu'on appelle Gers ne serait rien d'autre qu'une friche sans aucun charme. Les agriculteurs savent aussi spontanément se rendre utiles comme nous l'a témoigné l'histoire de janvier 2009 avec le passage de la tempête « Klaus ». En effet, suite à cette tempête, un véritable réseau de solidarité et d'entraide s'est mis en place au sein du monde agricole, notamment pour dégager les routes afin de rétablir au plus vite l'électricité et le transport. Ce constat fait, il en est aussitôt un autre qui mérite toute l'attention de chacune des deux parties.

C'est parce que les agriculteurs du Gers ont su rentrer de plain-pied dans la modernité que l'agriculture est toujours aussi vivante et crée un tissu économique dynamique. Mais c'est aussi parce qu'il ont su préserver leurs traditions et leurs particularismes, que l'on trouve encore sur les marchés les bons produits de la ferme. Les agriculteurs gersois ont conscience de leur patrimoine et font tout pour le préserver. Si les systèmes de production et de travail de la terre se sont améliorés, les nuisances liées à l'exploitation agricole n'ont pas pour autant disparu. C'est pourquoi les agriculteurs gersois tiennent à rencontrer les nouveaux arrivants ; pour pouvoir leur expliquer pourquoi et comment ils travaillent et quelles sont les contraintes liées à leur activité. Cet événement a toute sa légitimité dans un contexte agricole difficile où l'opinion publique semble favorable à la compréhension et découverte du monde agricole.

L'initiative des agriculteurs gersois concerne donc l'information des nouveaux arrivants, de manière à favoriser la communication entre les uns et les autres afin d'arriver à une cohabitation la plus harmonieuse possible. Tout passe par la connaissance des attentes et des besoins de chacun. Par la volonté, la bonne volonté de tout mettre en oeuvre pour mieux se connaître afin de mieux vivre ensemble. Ce slogan « mieux se connaître pour mieux vivre ensemble » est le fil conducteur de l'opération depuis son lancement. Cette année encore, l'accent sera mis sur la thématique « économies d'énergie, protection de l'environnement », alors que se tient la semaine du développement durable. En effet, de nombreuses actions en faveur de cette thématique sont développées par les agriculteurs et seront présentées au public lors de cette journée d'accueil.

Pièces jointes

Source Chambre d'Agriculture du Gers

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires