Sanitaire : Le lait des brebis atteintes de la tremblante impropre à la consommation

SC

L'AFSSA recommande, à titre de précaution, d'interdire la consommation de lait de brebis et de produits laitiers issus de troupeaux suspects ou atteints de tremblante du mouton.

Les agences française et européenne de sécurité des aliments (AFSSA et l'AESA) viennent de rendre publics des avis qui font état de la transmission de l'agent de la tremblante des petits ruminants, à des agneaux génétiquement sensibles à cette maladie nourris avec du lait de brebis atteintes de tremblante classique.

Ainsi, pour l'alimentation humaine, sur les recommandations de l'AFFSA , les autorités françaises ont décidé d'interdire la consommation des laits et produits laitiers issus des troupeaux suspects ou atteints. La consommation des animaux malades ou sensibles était déjà interdite. Le nombre de troupeaux concernés est très faible : moins de 10 troupeaux sur plus de 10.000 troupeaux laitiers ovins et caprins français au cours du premier semestre 2008. Des mesures d'indemnisation des éleveurs concernés sont en préparation.

Ces nouvelles dispositions sont prises en application du principe de précaution. Il n'a en effet jusqu'ici pas été mis en évidence de transmission de la tremblante classique à l'homme, alors que cette pathologie est connue chez l'animal depuis plusieurs siècles.

L'utilisation du lait des troupeaux suspects ou atteints va également être interdite en alimentation animale afin d'éviter la transmission de la tremblante. La Commission européenne elle-même, à la suite de l'avis de l'AESA, envisage de réviser la réglementation communautaire.

La tremblante du mouton ou scrapie est une maladie à prions mortelle pour les petits ruminants -ovins, caprins-. De la famille des encéphalopathies spongiformesse transmissibles (EST), elle se caractérise par l'atteinte du système nerveux central et est présente sur l'ensemble du territoire français.


Source Ministère de l'Agriculture et de la Pêche

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier