Santé : L'Afssa rejette les arguments autrichiens anti-OGM

SC

L'Agence française de sécurité sanitaire des aliments remet en cause la validité d'une étude autrichienne sur les effets nocifs du maïs OGM MON810.

Les Autrichiens ont déclenché la suspension de la culture du maïs transgénique sur leur territoire en se basant sur une étude, publiée en novembre 2008, et commanditée par le ministère de la Santé autrichien. Conduite sur plusieurs générations de souris nourries pendant vingt semaines avec du MON810, cette étude concluait que les femelles pouvaient être affectées par des problèmes de reproduction. Elle soulignait toutefois qu'il s'agissait de «résultats provisoires» ne pouvant «en aucun cas être aujourd'hui reportés sur l'être humain».

L'Afssa estime aujourd'hui que cette étude « présente d'importantes faiblesses, tant au niveau de la démarche expérimentale utilisée, qu'au niveau des interprétations des résultats, basés, pour certains, sur des calculs erronés ».

L'agence française mentionne également que celle-ci n'a pas fait l'objet d'une évaluation par un comité de lecture d'une revue scientifique. Par conséquent, elle considère qu'elle ne remet pas en cause les conclusions de l'avis rendu par l'Afssa en 2005. Avis favorable à ce maïs hybride.

L'Agence maintient que la consommation du MON810 ne présente pas de risques nutritionnels pour l'homme et pour l'animal et assure que les maïs transgéniques présentent « le même niveau de sécurité sanitaire » que les variétés de maïs conventionnelles.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier