Sécheresse : La Fnsea veut éviter une pénurie de paille

La Fnsea demande à ses membres de s'organiser pour éviter une pénurie de paille, les besoins de l'élevage risquant d'être « 4 à 5 fois supérieurs » à la norme en raison de la sécheresse.

Le syndicat agricole majoritaire, la Fnsea, lance « un mot d'ordre » pour que tous les agriculteurs « se mettent en situation, dès le mois de mai, bien avant les moissons pour ne pas laisser perdre de la paille ».

Lors des moissons de l'été, le céréalier a en effet le choix entre presser la paille à destination de l'élevage ou la broyer pour la répandre dans les champs. Compte tenu de « la sécheresse générale, en partie européenne ». Dominique Barrau, secrétaire général de la Fnsea, prône un rapprochement entre les fédérations locales de l'élevage et les représentants départementaux des céréaliers « pour contractualiser des achats de paille ». La FNSEA veut notamment « éviter la spéculation par les marchands de paille », avance-t-elle.

« L'objectif n'est pas de laisser perdre de la paille car on sait que les éleveurs en auront besoin l'hiver prochain », insiste Dominique Barrau, qui espère un retour de la pluie. « L'élevage n'aura pas les moyens de se payer une autre année de crise », prévient le syndicaliste.

La Fnsea, qui a dressé un état des lieux lors d'une réunion mercredi, se refuse à chiffrer les conséquences de la sécheresse sur la récolte de paille, qui dépendra beaucoup de « la météo de ces prochaines semaines ». Mais selon Dominique Barrau, il y aura « moins de grains et moins de paille » à l'issue des moissons. Il va falloir « peut-être quatre à cinq fois plus de paille » que les années normales, déclare-t-il.

Pour les fourrages, il estime entre « 30 et 50% » les pertes pour la récolte de printemps, effectuée courant mai. Une seconde récolte annuelle a lieu à l'automne.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier