Semences de France veut partir à l'international et distribuer des phytosanitaires

 Semences de France veut partir à l'international et distribuer des phytosanitaires

Semences de France, premier semencier français appartenant à la coopérative InVivo, veut élargir ses horizons en se développant à l'international, et en entrant sur le marché de la distribution des produits phytosanitaires, alors que le marché mondial est en pleineconsolidation.

"Pour exister demain, il faut être présent sur tous les marchés à  l'international, en y développant le même business model qu'en France", a expliqué le directeur de Semences de France Pascal Mombled, lors d'un point presse.

Semences de France, qui prévoit de réaliser un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros pour son exercice 2015/16, est spécialisé dans la production et la commercialisation des semences, notamment céréalières, pour les agriculteurs. De plus, il conclut des accords de franchise pour la distribution en France de certaines semences qu'il ne produit pas lui même comme le maïs. Le groupe est ainsi en discussion pour un rachat ou une participation dans trois sociétés de production de semences en Amérique du Sud, dans le sud de l'Union européenne et en Asie.

Elargissement du périmètre

Semences de France veut également élargir son périmètre en commercialisant des produits phytosanitaires et de biocontrôle pour le traitement de semences. Il a obtenu de distribuer deux produits de Bayer en France, le Raxil Star et le Gaucho 350 (également distribué par Syngenta).

Le groupe compte ensuite étendre sa gamme, mais toujours en obtenant la délégation pour mettre en marché les produits d'autres entreprises sans faire lui même de la recherche. "On ne peut pas y aller car nous n'avons pas les moyens de développer la même puissance de recherche et développements que les géants" comme Syngenta ou Monsanto, a expliqué M. Mombled.

Semences de France préfère mettre en avant son savoir-faire dans la commercialisation pour offrir des outils de prise de décisions à ses clients comme un logiciel qui compare les performances de différentes variétés de céréales, nourri des données envoyées par les 48 coopératives de son réseau de multiplication de graines qui mènent des essais grandeur nature à travers la France.

Source Avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 4

@super

tu n'as pas tort , enfin rasures toi tous ne travaillent pas , en 2012 j'ai vu des comptes ou en beauce les paysans etaint payés peu ou proue entre 75 et 100€ /h pour un petit 35h cereales houlgate megeve
sur l fond tu n'as pas tort , maitriser sa production ses couts , reduire sa productiion c'est la solution mais on connait les paysans les cours vont revenir a 200€ et hop ils vont charger la mule pour faire des ronds ca refera de la surproduction , ca marche en lait aussi , un jour ils me disent t'es un idiot d'arreter le lait c'est l 'or blanc, l' autre année oui tu as peut etre bien fait d'arreter le lait de ne pas faire la mise aux normes .... enfin ca c'etait avant 2008 depuis on me parle plus d'or blanc

super!

comment des milliers de paysans a 5 euro de l'heure font la fortune de quelques un! et les gars vous devriez tous faire de la semence de ferme et faire le boy cot des intrants en tous genre , ainsi vos charges baisseront,vos rendements aussi...mais les court monteront! sans parler de votre vie privée...qui verat enfin le jour! m'enfin depuis que le bon sens paysan est devenu la formule du C.A ...

AIGLE201

Développer le même business qu'en France de la part des coopératives qui sont censées faire diminuer la quantité de pesticides à leurs clients-adhérents (voir écophyto etc...) ça veut dire aller polluer partout ou on peut pour faire du fric. Les français ne pourrons plus dire que les produits étrangers n'ont pas les mêmes normes puisqu'ils vont eux même être à la base de cette augmentation de dérégulation !!!

aaaa

une coop typiquement française : elle fait un max de bénef en France sur le dos de "devinez qui" puis va investir le pognon à l'étranger via sa holding, qui lui permet déjà de sortir le bénef qui aurait pu être imposé en France !!! devinez quoi, tout le monde va applaudir, paysans, politiques, syndicalistes...

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier