Semences en avant” : Un bond de géant pour la génomique

Sophie Giraud

Le projet “Semences de demain”, porté par le pôle Céréales Vallée, va permettre de mobiliser des outils et ressources pour la création de nouvelles variétés de blé et de maïs.

Fruit d'un partenariat public/ privé, le projet “Semences de demain” a été initié par le pôle de compétitivité Céréales Vallée en 2006. C'est le premier grand projet du pôle, qui à terme, va permettre “d'inventer les céréales de demain”, comme l'explique Michel Beckert, président de l'Inra et vice-président du conseil scientifique de Céréales Vallée. Quatre ans après le démarrage des travaux, l'ensemble des acteurs (dont Inra, Limagrain Europe, Biogemma et Agri Obtentions) se sont retrouvés dernièrement à l'Inra de Clermont-Ferrand pour faire le bilan. Les quatre volets du projet : “génotypage haut débit”, “sélection assistée par marqueurs”, “exploitation des ressources génétiques blé pour la sélection” et “nouvelles allèles” ont conduit à la création d'un catalogue de marqueurs moléculaires et de technologies qui permettent de faire de l'analyse de gènes sur céréales de façon puissante.

Produire plus et mieux

La sélection assistée par ordinateur s'est généralisée à la suite du projet chez Limagrain. La région Auvergne dispose donc désormais d'un potentiel de génotypage pour le blé unique en France qui la rend très influente sur la scène internationale. Pour Pierre Pagesse, président de Limagrain et de Céréales Vallée, ce type de recherche est indispensable face aux défis que doit relever l'agriculture : “Les rendements stagnent en Europe depuis dix ans. À l'horizon 2050, les agriculteurs devront nourrir neuf milliards d'habitants sur notre planète. L'innovation variétale doit continuer à rechercher des gains de productivité, dans le cadre de systèmes de production respectueux de l'environnement et de la santé des consommateurs”. Il faut également rappeler que le progrès génétique est à l'origine de 50 % des gains de productivité observés au cours du XXe siècle pour les plantes de grandes cultures telles que le blé. C'est tout l'objet du travail mené par le pôle de compétitivité qui, grâce à des projets tels que “Semences de demain”, a renforcé ses partenariats, contribuant ainsi au maintien sur la région d'une activité scientifique de haut niveau. La dynamique a permis d'orienter et d'entreprendre de nouveaux travaux, comme le projet Gentyane de plate-forme régionale de génotypage, pour lequel les partenaires se sont mobilisés ensemble afin de répondre à des appels à projets français ou européens. Enfin, les marqueurs moléculaires développés sont très utiles pour avancer dans le séquençage du génome du blé, un projet mené par Catherine Feuillet pour lequel l'Inra est l'un des leaders mondiaux. Or, le séquençage permettra de fournir des connaissances indispensables pour l'amélioration de cette céréale clé pour l'alimentation et l'agriculture.
Plus d'infos à lire cette semaine dans L'Union du Cantal.
Droits de reproduction et de diffusion réservés.

Source L'Union du Cantal

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier