Soja OGM traité au glyphosate: manifestation au port de Lorient

AFP

Glyphosate et soja OGM
© Coordination rurale de Bretagne

Environ 200 agriculteurs, selon la préfecture, ont manifesté mardi matin dans le port de Lorient à l'appel de la Coordination rurale pour protester contre les importations de soja OGM traité au glyphosate.

"Le 27 novembre, l'Union Européenne doit se prononcer sur le glyphosate. Or, chaque année, des centaines de milliers de tonnes de soja traitées au glyphosate sont importées en France. Nous voulons savoir si le glyphosate, c'est bon ou c'est mauvais. Et, si c'est mauvais, qu'on nous propose des solutions alternatives", a expliqué à l'AFP par téléphone depuis Lorient le président national de la Coordination rurale, Bernard Lannes. "En France, nous ne traitons pas les cultures au glyphosate, nous traitons les mauvaises herbes", a-t-il ajouté.

Venus en cars de plusieurs régions (Nord, sud-ouest, Centre, Ile-de-France), les manifestants sont arrivés sur le port peu avant 8H00. Certains brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: "Stop au soja OGM", "les OGM, ça nous gène", ou encore "les OGM, on n'en veut pas". La Coordination rurale a effectué sous contrôle d'huissier des prélèvements de soja importé pour les faire analyser, a indiqué M. Lannes. 

Lorient est le premier port en France pour l'importation de soja, utilisé principalement dans l'alimentation animale. Les manifestants doivent se rendre en milieu de journée au port de Montoir-Saint-Nazaire pour y dénoncer également ces importations.

Un âpre débat sur le glyphosate

Le glyphosate est autorisé dans l'UE en vertu d'une licence qui vient à échéance le 15 décembre. Le 27 novembre, un comité d'appel doit se réunir après un vote non concluant lors d'une première réunion d'experts, le 8 novembre, sur un renouvellement pour cinq ans de la licence de l'herbicide controversé.

Le glyphosate fait l'objet d'un âpre débat depuis son classement en 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer, un organe de l'OMS, comme "cancérogène probable". Les agences scientifiques de l'UE sont en revanche arrivées à des conclusions inverses mais elles sont soupçonnées de s'être appuyées sur des documents fournis par les industriels pour établir leur rapport.

manifestation-port-3

© Coordination rurale de Bretagne

Sur le même sujet

Commentaires 6

PàgraT

Résultats d'analyse: soja OGM et présence de résidus significatifs de glyphosate! Par ailleurs 16 échantillons de graines de différentes cultures de producteurs français utilisant le glyphosate se sont avérés négatifs au glyphosate! Voici la preuve que nous sommes victimes de désinformation!

jememare

la question est :
est t'il normal que ceux qui sont contre l'usage du glyphosate en France sont par contre pour l'importation de produits traité au glyphosate venant de l'étranger .Sur les panneaux des paysans manifestant l'on pouvait lire écologie =hypocrisie
ceux qui ont fait interdire l'atrazine en France parce que c'était soi disant cancérigène devrait présenter des excuses car aujourd'hui 40 ans après il est avéré que cela est faux et l'atrazine est depuis toujours interdite .

Jean

il sera difficile de faire admettre les réalités.Le seul rapport qui a fait classer le glyphosate pouvant être un cancérogne possible et non probable est arrivé a ses conclusions après beaucoup de manoeuvre d'un soi disant expert en réalité un militant monsanto.pour relativiser le danger une étude Américaine vu un soir sur le Portail d'Orange parlait de 380 cancers du Sang liés aux utilisations des pelouses synthétiques par des sportifs.plus de 190 substances cancérigénes y étaient trouvés.Il serait d'intérêt général de tout mettre sur la table car des produits très cancérogénes nous empoissonent et n'ont aucun lien avec l'Agriculture

Biloute

Sauf que monsanto achète les vrai résultat pour en publier des faux

jememare

savoir si nous traitons les cultures au glyphosates ou les mauvaises herbes.c'est une discrimination que d'autoriser pour certains et interdire pour d'autres en appliquant le dogme du marché ultra libéral ou la concurrence devrait être libre et non faussé.
Le problème du carbone dans le transport et du circuit court ainsi que le problème de la balance commerciale déséquilibré entre les protéine et les céréales.
le problème de l'autonomie protéique des élevages et l'interdiction faites aux agriculteurs de vendre des céréales entre eux .
Les rotations imposé par les BCAE alors qu'il n'y a pas de débouchés pour les pois protéagineux du fait de la concurrence des PSC .

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier