Sommet de la FAO : Biocarburants et subventions sur la sellette

SC

La controverse sur les biocarburants et les subventions agricoles a dominé l'ouverture du sommet de l'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), à Rome.

La pertinence de continuer à développer, ou non, les biocarburants dans le monde a été, une fois de plus, au coeur des débats. Dans son discours d'ouverture, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé à « un plus grand degré de consensus international sur les biocarburants» alors que le président égyptien, Hosni Moubarak, lançait un appel à «freiner» leur production.

En face, le président brésilien, Luiz Ignacio Lula da Silva, estime que ces biocarburants ne sont pas «des bandits » mais peuvent, au contraire, devenir un outil important pour sortir les pays de l'insécurité alimentaire. « L'affirmation selon laquelle la production d'éthanol se fait aux dépens de la production alimentaire n'a aucun fondement. Elle ne constitue pas une menace pour la forêt amazonienne et ne diminue pas l'offre de nourriture », affirme Lula. Pour le Brésil, c'est au contraire les subventions des grands pays à leur agriculture et les barrières douanières qui expliquent l'envolée actuelle des prix.

M. Ban Ki-moon a d'ailleurs également plaidé pour l'abandon « des politiques économiques qui créent des distorsions de marché » et sont soupçonnées d'aggraver la crise. Le directeur général de l'OMC, Pascal Lamy, a reconnu qu'il fallait s'attaquer au problème des subventions qui donnent un « avantage injuste » à certains pays. M. Ban a aussi plaidé pour l'arrêt des restrictions aux exportations alimentaires.

Dans un autre registre, le président sénégalais a répété ses critiques contre la FAO qui assiste les pays en développement comme « des mendiants » , affirmant être déçu par l'agence de l'ONU.



Source AFP

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier