Stickage : Le bras de fer continue

vendee agricole

Pour la septième semaine consécutive, trois actions de stickage ont eu lieu dans des grandes surfaces du département vendredi dernier. Encore des découvertes.

Encore des aberrations découvertes dans les rayons ! « Nous avons vu dans le linéaire des cuisses de lapin à 14,50€/kg alors qu'à quelques centimètres, la barquette de lapin entier est à 5,70€/kg ! C'est absolument incompréhensible de voir de telles différences de prix entre deux produits peu transformés. Ce genre de pratiques perd le consommateur et on se demande où passent les marges » témoigne une éleveuse de lapins présente à Pouzauges.
En effet, vendredi dernier, ce sont trois nouvelles actions de stickage qui ont eu lieu en Vendée. Les grandes surfaces de la Roche-sur-Yon, les Herbiers et Pouzauges ont ainsi été visitées par près de 200 éleveurs de bovins, porcs, volaille et lapins.

Certaines marques dans le viseur

Dans les produits de charcuterie, des progrès sont encore à faire. Les sociétés Herta, Madrange et Aoste refusant toujours d'afficher la mention « Viande Porcine Française », les éleveurs ont encore une fois retiré ces produits des rayons. « Depuis plusieurs semaines, nous visons particulièrement ces marques qui restent arc boutées sur leurs positions. Nous sommes déterminés et tant que la situation n'évoluera pas, nos actions de déréférencement continueront chaque semaine! » insiste Joel Limouzin.
De la même manière, les produits de viande bovine issus du groupe Bigard ont été visés. « En les retirant des rayons, nous voulons faire pression sur ce groupe qui représente près de 50% des volumes d'abattage de bovins français. La stratégie de cette entreprise impacte massivement l'ensemble de la filière bovine et nous ne pouvons pas accepter que les prix à l'entrée des abattoirs ne remontent pas » expliquent les responsables de la filière.

Des avancées perceptibles

Ces actions de stickage, répétées chaque semaine dans de nombreux départements, permettent aux éleveurs de peser plus fort dans les négociations au sein des différentes filières. Concrètement, dans l'Ouest, des responsables de magasins régionaux acceptent aujourd'hui de discuter avec les producteurs. Une rencontre est ainsi prévue entre les représentants régionaux de nos filières animales et le responsable des achats de viande de la région grand Ouest de la chaîne de magasins E. Leclerc.
Dans un autre ordre d'idée, certains directeurs de magasins proposent aux éleveurs de développer des journées d'animation et de communication autour des produits carnés et notamment du lapin.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier