Syndicalisme : Bruno Le Maire veut écouter « tous les paysans »

Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a fait un geste jeudi en faveur d'une plus grande représentativité des syndicats agricoles, en se rendant pour la première fois à un congrès de la Confédération paysanne, syndicat de gauche, afin de de dialoguer avec « tous les paysans »

« Cela fait dix ans qu'aucun ministre de l'agriculture ni de droite ni de gauche n'est venu à un congrès de la Confédération paysanne », a dit en préambule Bruno Le Maire. C'est surtout la première fois qu'un ministre de droite « vient à la rencontre de la Confédération paysanne », a tenu à souligner M. Le Maire devant environ 300 militants réunis à Lille.

« Vos droits méritent d'être défendus (...) là dessus je vous rejoins. Je comprends parfaitement vos réactions, vos attentes. Jouez votre carte de manière responsable », a-t-il ajouté devant des militants à l'écoute.

Le ministre répondait à la délicate question de la représentativité syndicale, une préoccupation majeure pour la Confédération. Le syndicat, comme la Coordination rurale, autre syndicat minoritaire, est de fait exclu de toutes les interprofessions où seule la FNSEA, syndicat majoritaire, a voix au chapitre.

Un signe positif

Le ministre a demandé aux militants de la Confédération d'accepter « la main tendue » par Henri Brichart, le président de l'interprofession laitière (Cniel), en participant à l'assemblée générale de l'organisation qui doit réunir dans les prochaines semaines tous les acteurs de la filière. « Tout ce que je pourrai faire pour favoriser le dialogue entre vous et le Cniel pour que l'on comprenne vos arguments, je le ferai », a-t-il ajouté.

Pendant plus d'une heure de débats, le ministre a défendu pied à pied ses choix politiques, sur la compétitivité, la politique agricole commune (PAC) ou encore la contractualisation. Autant de points de désaccords avec les militants. « Vous êtes venu les mains vides », lui a lancé Philippe Collin, porte-parole de la Confédération à l'issue d'une séance de questions-réponses qui s'est déroulée dans le calme.

« Je n'étais pas venu pour distribuer de l'argent public. Je suis venu pour dialoguer, pour échanger. Le sens de ma visite c'était de dire je suis le ministre de tous les paysans français », a déclaré le ministre à sa sortie.

L'eurodéputé José Bové, ancien figure de proue de la Confédération, présent dans la salle, a rendu hommage au ministre pour avoir « honoré la promesse qu'il avait faite » de venir au congrès. « Au moment où l'on entre dans la partie la plus concrète de la réforme de la PAC et du secteur laitier, c'est indispensable que l'ensemble des organisations agricoles soient autour de la table », a-t-il dit. Pour lui, « c'est un signe positif ».

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires