Syndicalisme : La Confédération paysanne dénonce une « loi de manipulation de l'Agriculture »

La Confédération paysanne, syndicat agricole minoritaire, dénonce une «loi de manipulation de l'Agriculture» à propos du projet de (LMAP) dont elle critique plusieurs dispositions

La contractualisation, un des principaux aspects du projet de loi, est « une escroquerie qui présente les nouveaux contrats comme un substitut à une politique agricole », a déclaré Philippe Collin, porte-parole, à l'occasion du discours de clôture de l'assemblée générale du syndicat.

« Ces outils serviront davantage à asservir les paysans et à les sélectionner plutôt qu'à leur garantir un débouché et un prix », a-t-il ajouté.

Le projet de loi, dont la discussion doit commencer le 18 mai au Sénat, prévoit la mise en place de contrats entre producteurs et industriels, chaque partie s'engageant sur des volumes et sur des prix. L'objectif est d'assurer des rémunérations stables pour les producteurs qui en 2009 ont vu leurs revenus baisser en moyenne de 34%.



Pour une représentation dans les interprofessions

La « loi de manipulation de l'Agriculture ne doit pas être votée en l'état », a ajouté le responsable syndical, qui s'en prend à une autre mesure-phare de la LMAP, le renforcement des interprofessions.

« Pour nous, avant quoi que ce soit, nous devons avoir le droit de pouvoir représenter les paysans dans ces interprofessions. C'est simplement une question de démocratie », a-t-il fait valoir.

Aujourd'hui seule la fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA) est représentée dans ces interprofessions et la LMAP ne prévoit pas de modifications sur ce sujet.

La Confédération est aussi très critique sur l'introduction d'un statut « d'agriculteur entrepreneur » prévu dans le projet de loi ainsi que sur les dispositions pour éviter la perte de terres agricoles.

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires