Syndicalisme : La Fnsea souhaite « au moins » le maintien du budget de la PAC

La Fnsea prône dans le cadre des négociations sur la future politique agricole commune (PAC) de l'après 2013 une PAC « forte, efficiente et régulatrice » avec « au moins » le maintien du budget actuel.

« Pour un pays comme la France, premier producteur agricole de l'Union Européenne (et premier bénéficiaire des aides européennes), l'existence d'une PAC forte, efficiente et régulatrice est fondamentale », selon le premier syndicat agricole français qui présentait jeudi ses propositions pour la nouvelle PAC qui prendra effet à compter de 2014.

Le syndicat a défendu également la « préférence communautaire » afin de « valoriser les normes européennes sanitaires, sociales et environnementales ».

Opposée à l'offensive de certains pays, comme la Grande-Bretagne, de réduire les fonds alloués à la PAC, la FNSEA demande que le budget soit « au moins maintenu à son niveau actuel pour garantir la sécurité alimentaire, l'emploi, la gestion de l'espace et des ressources naturelles ».

L'objectif, selon l'organisation, est d'avoir une PAC « ambitieuse parce que stratégique » puisqu'elle doit « assurer la sécurité et l'indépendance alimentaire de 500 millions » d'Européens, notamment.

Non à des aides en fonction de la surface

Le syndicat majoritaire s'est aussi déclaré opposé, au niveau européen, à des aides en fonction du nombre d'hectares des exploitations.

Pour la FNSEA, ces aides doivent être réparties de façon « équitable » entre les anciens et nouveaux membres de l'Union européenne, en tenant compte de « critères objectifs, telles que les conditions de production ou les parités de pouvoir d'achat ».

La France doit, elle, « converger » vers un système de « paiement harmonisé » à l'hectare, selon la FNSEA. Pour l'application d'une telle réforme, le syndicat estime nécessaire une période de sept ans.

Aujourd'hui, les aides sont encore attribuées en France selon la production réalisée pendant une certaine période par les exploitations, autrement dit dans le jargon européen sur la base de « références historiques ». Nombre de pays européens ont déjà réformé ce système jugé dépassé.

Le commissaire européen en charge de l'Agriculture, Dacian Ciolos, doit présenter en novembre ses grandes lignes de réforme de la PAC pour la période 2014-2020.

Source d'après AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires