Un accord commercial UE-Mercosur à portée de main (UE)

Un accord commercial UE-Mercosur à portée de main (UE)

Le vice-président de la Commission européenne, Jyrki Katainen, a indiqué vendredi qu'un accord commercial entre l'Union européenne et les pays du Mercosur était proche, à l'issue d'une réunion entre les deux blocs régionaux à Brasilia.

Rapprochant son pouce et son index de quelques centimètres, Jyrki Katainen a déclaré: "On est à ça d'avoir une nouvelle association et un accord commercial entre l'Union européenne et le Mercosur". Les ministres de l'UE et du Mercosur se sont réunis vendredi en présence du président Michel Temer avec le vice-président de la Commission, pour faire avancer les discussions longtemps enlisées sur un accord commercial. "A l'heure où certains construisent des murs, nous voulons construire des ponts", a déclaré M. Katainen au palais présidentiel du Planalto, entouré des chefs de la diplomatie du Brésil, de l'Argentine, de l'Uruguay et du vice-ministre du Paraguay, dans une allusion transparente au président américain Donald Trump.

Les deux parties s'activent pour parvenir à un accord, au moins politique, le mois prochain à Buenos Aires à l'occasion de la réunion ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC). "Nous achevons aujourd'hui un nouveau round de négociations, qui je l'espère sera le dernier ou l'avant-dernier, de manière que nous puissions conclure -- et ceci est notre objectif à la fois optimiste et réaliste-- cet accord à la fin de l'année", a déclaré pour sa part le chef de la diplomatie brésilienne Aloysio Nunes. Depuis près de deux décennies les discussions entre l'UE et les quatre pays du bloc latino-américain se sont heurtées à des divergences insurmontables. Les négociations avaient été suspendues en 2004, pour ne reprendre que six ans plus tard. Le mois dernier, l'UE avait modifié son offre, acceptant l'entrée  sur son marché de 70.000 tonnes de viande bovine et de 600.000 tonnes  d'éthanol, deux produits très sensibles sur le vieux continent. Mais cette offre n'a pas satisfait le Mercosur.

Des diplomates sud-américains et du Brésil ont confirmé à l'AFP vendredi qu'un accord était très proche et réalisable pour la réunion  de Buenos Aires, malgré le fait que certains biens agricoles et la propriété intellectuelle nécessitent encore des discussions. La Commission européenne a semblé prête à faire des concessions sur  le bœuf et l'éthanol dans l'espoir d'élargir les débouchés pour son secteur automobile, ce qui inquiète particulièrement la France.

 

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 5

Paillotte 52

Un doux reve .Attendez.-vous plutot a un 0 de plus

Gordianus

Une nation a des droits sur ses frontières, les Français ont accepté de libérer le commerce avec 5 autres pays qui étaient leurs voisins. Depuis il n'ont plus aucun contrôle et de fil en aiguille nous sommes passés à 27 pays puis des négociations TAFTA CETA et maintenant Mercosur.... Finalement nous sommes mis en pâture au marché mondial mais dans ce cas à quoi sert l'UE? A quoi servent les politiciens? Si tout le commerce doit s'aligner sur le moins disant pourquoi donner l'illusion de défendre un territoire? Quand est-ce que tous les paysans et tous les salariés sacrifiés sur l'autel du libéralisme vont comprendre qu'il doivent voter contre l'UE?

causse rouge

on va importer de la viande mini 70000t.pourquoi alors que nous en avons assez.le réchauffement climatique est une réalité(chez nous 400mm d eau depuis janvier).on ne parle que de voyages lointains et d echanges commerciaux.il faut faire 100000km avec une auto à100g de CO2pour en emettre autant que pour un week end a new york en avion.de la folie!!posons nous un peu et réfléchissons pour l avenir de nos enfants

duracuire

on va encore se faire enfumer par un accord d'échange qui plombera encore plus l'agriculture ......rien ne change ...et rien de changera .....le pot de fer contre le pot de terre ....

eleveur

lamentable.....Dégoûté...Je pense découvrir cela comme beaucoup de gens.....Ont nous sacrifient en cachette....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier