Un déficit pluviométrique « préoccupant sans être alarmant»

S C

Un déficit pluviométrique « préoccupant sans être alarmant»
Dans l'Ouest, le déficit pluviométrique est proche des records des 50 dernières années (DR)

La première Commission de suivi hydrologique de l'année 2012 s'est réunie le 11 avril pour réaliser un bilan météorologique et hydrologique. Elle juge la situation « préoccupante», surtout dans la moitié ouest du pays.

« Le déficit pluviométrique de l'automne 2011 et de cet hiver est à l'échelle nationale proche de 25%, soit le niveau observé à la même date en 1990 (25%) ou 2005 (26%) mais sans atteindre le déficit historique de 1973 (28%) ou 1989 (29%)",  précise  le ministère du développement durable dans un communiqué à l'issue de la première réunion de la Commission de suivi hydrologique réunissant les représentants des usagers et gestionnaires de l'eau, des élus et experts.

Selon eux, la situation la plus problématique concerne la moitié ouest du pays et notamment le quart sud-ouest où le déficit pluviométrique est proche des records des 50 dernières années. La région Midi-Pyrénées est particulièrement touchée avec un déficit de 35%.

Le déficit des précipitations efficaces, qui servent habituellement en cette période à la recharge des nappes souterraines et à l'écoulement des cours d'eau, est encore plus marqué. Il en résulte des débits des cours d'eau particulièrement bas et des nappes souterraines dont la recharge sera quoi qu'il arrive limitée. « La situation hydrologique en ce début de mois d'avril invite donc à une grande prudence pour cet été » précise le ministère qui indique que les services de l'Etat "sont prêts à prendre toutes les mesures de restriction ou de limitation des usages de l'eau qui pourront s'avérer nécessaire".

La pluviométrie des prochaines semaines sera très importante pour la suite de l'année hydrologique, les précipitations printanières et estivales pouvant limiter les conséquences de ce déficit.

Source Ministère développement Durable

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier