Une nouvelle PAC se dessine : priorité à l’élevage et aux jeunes, selon Le Foll

S C

Une nouvelle PAC se dessine : priorité à l’élevage et aux jeunes, selon Le Foll
(Photo : ministère de l'Agriculture)

Stéphane LE FOLL s’est dit satisfait du contenu du projet de la nouvelle PAC qui vient d’être acté. Il dessine, selon lui « les contours d’une PAC plus juste, plus verte et plus régulatrice ».

« La priorité sera une redistribution en faveur de l’élevage et de l’emploi » a-t-il déclaré, expliquant que la convergence des aides permettra un transfert au profit de l’élevage, notamment extensif.

La priorité à l’élevage s’exprime aussi au travers d’un taux renforcé pour les aides couplées. Le taux est porté à 13% contre 10% actuellement. Une possibilité supplémentaire de 2% a été obtenue pour la production de protéines végétales, qui permettra de soutenir le développement de l’autonomie fourragère protéique de l’élevage.

Pour que cette redistribution ne déstabilise pas certaines exploitations, un mécanisme de « limitation des pertes »  permettra d’éviter des baisses trop fortes (pas plus de 30%), explique le ministre.

Pour favoriser l’emploi, qui se trouve davantage dans les exploitations de petite et moyenne taille,  sera instituée  une majoration des aides directes sur les premiers hectares. De quoi, selon le ministre, assurer une redistribution vers les exploitations « riches en emploi ». Le principe de transparence pour les GAEC, sera également institué et ainsi consolidé, pour la première fois, dans le texte européen. Ce principe  permet aux associés de conserver les droits auxquels ils auraient pu prétendre s’ils étaient restés chefs d’exploitation à titre individuel.

Soutien renforcé aux zones de montagne

Le verdissement était le deuxième grand objectif de cette réforme. Un montant à hauteur de 30% des aides du premier pilier a été acté. Le principe de trois critères a été maintenu : présence de surfaces d’intérêt écologique, diversité des assolements et maintien des prairies permanentes. « Cela permet une application harmonisée sans distorsion de concurrence entre les agriculteurs », estime le ministre.

Pour compléter le premier pilier, des mesures agroenvironnementales seront mobilisées au sein d’un deuxième pilier renforcé. Le Ministre annonce qu’il développera en particulier « les mesures permettant d’engager globalement des systèmes de production dans le maintien ou le développement de pratiques combinant performance économique et environnementale ».

Sur le deuxième pilier, le soutien à l’herbe et la compensation des handicaps, tout particulièrement dans les zones de montagne, seront renforcés. Cela est rendu possible par le relèvement du plafond des aides en zone de montagne.

Majoration des aides pour les jeunes

Le Conseil a également acté  le principe de  la mise en œuvre obligatoire d’une majoration des aides pour les jeunes agriculteurs au sein du premier pilier. « Ce soutien nouveau complètera les soutiens existants en France pour l’installation des agriculteurs au sein du deuxième pilier, qui seront consolidés ».

Enfin,  Stéphane Le Foll précise que le Conseil des ministres s’est  entendu pour renforcer les interprofessions et pour ne pas supprimer dès 2015 les quotas sucriers et les droits de plantation pour les vignes. 

Voir aussi sur la WebTV du ministère de l'Agriculture :

 

Source Ministère de l'Agriculture

Sur le même sujet

Commentaires 22

ouioui

oui le partage du travail est une solution socialiste bien connue pour ne servir a rien et ton raisonnement denuée de sens economique ....dans ton cas passons aux 20heures on economisera sur les alloc chomage ( bon ils n'auront plus de pouvoir d'achat ca finira d'ecrouler l'economie mais bon tu fais le pari qu'ils s'habitueront.....), dans les travaux ou l'on peu mecanisé et baisser les couts il faut le faire , on le voit bien les gens ne veulent pas payer plus

bisounours

maxifoi page3 ,je crois que tu me fâche ! Chez moi 5000 exploitants qui travaillent 80000 ha coutent 16 millions d'€. Chez moi , toujours, 1000 exploitants qui travaillent 80000 ha coutent 38 millions d'€ . même surface travaillée : 5 fois plus d'emplois et qui coutent 2.4 fois moins au contribuable !Pourquoi vouloir supprimer les petits (en période de chaumage) et qui utilisent bien mieux l'argent du contribuable ( en période de caisse vide).Il y a la , 2 bonnes raisons de changer de politique .Et pour la santé et la pollution ...

mercredi

la priorité c'est bien de maintenir les existants , et ensuite installer des jeunes et evidemment privilegier les hors cadre et diminuer fortement les aides aux familiaux, en prenant garde (comme cela a été dis avant )aux agrandissements deguisés

geo

De plus en plus, les hors cadres familiaux sont formés à la conduite d'une exploitation.Je pense qu'ils ont la motivation du fait de la méconnaissance partielle de la réalité du métier (bien plus qu'un fils ou une fille d'agriculteur). Souvent les premiers pas dans le métier (parrainage, tutorat...) sont pour eux l'occasion de réaliser s'ils sont vraiment faits pour ça. Aujourd'hui, ces HCF souffrent d'un manque d'accompagnement, c'est évident que les conditions d'accès à la DJA devraient être revues. Mais aujourd'hui, le lobbye JA est encore bien trop fort pour oser contredire ce dispositif même s'il est en train de réaliser que l'avenir ne pourra pas passer autrement que par le HCF, signe que les mentalités sont peut-être en train d'évoluer. Mais il faut du temps...

phil

en réponse à Géo
justement, les aides auraient été mieux réparties entre gros et petits agriculteurs,il y aurait peut etre davantage de fils ou filles d'agriculteurs à prendre la suite de leurs parents. Je vois pas pourquoi des jeunes qui ont des grosses structures ont des rallonges de lait conséquentes alors que des couples installés depuis une dizaine d'années n'ont pas grand chose......
Je n'ai rien du tout contre l'installation hors cadre familial mais j'ai du mal à croire qu'ils vont sauver notre agriculture .ils ont souvent du mal à tenir dans la durée....(par manque de motivation et de travail.....)mais ce n'est que mon avis....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires