Vache folle : Bruxelles propose de renoncer à l'abattage des troupeaux

B.BOUCHOT d'après AFP

La Commission européenne a proposé d'assouplir certaines mesures de lutte contre la maladie de la vache folle, en renonçant notamment à l'abattage systématique des troupeaux touchés, estimant que la maladie était désormais quasiment éradiquée.

Fin de l'abattage systématique des animaux

Le commissaire européen en charge de la Santé, John Dalli, suggère de mettre fin à « l'abattage systématique des cohortes » d'animaux parmi lesquelles des cas d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) ont été décelés, étant donné que « le nombre de cas positif de contamination est tombé à zéro en 2009 ». Les animaux des troupeaux touchés pourraient être vendus aux consommateurs « pourvu qu'ils aient été testés négatif avant d'entrer dans la chaîne alimentaire », propose la Commission.

Alimentation : plus de tolérance pour les protéines animales

Bruxelles propose aussi d'introduire « un certain niveau tolérance » pour les protéines animales utilisées dans l'alimentation animale. Des dispositions qui interdisent le recours à certaines protéines animales pour l'alimentation des non ruminants comme les porcs, les volailles ou le poisson pourraient être levées sans pour autant renoncer à l'interdiction de nourrir une espèce avec des protéines de la même espèce. Un porc pourrait ainsi être nourri avec des protéines de volaille, mais pas avec de protéines de porc.

Meilleur ciblage des tests de surveillance de la maladie

Bruxelles propose aussi de « mieux cibler » le système de surveillance par l'augmentation graduelle des limites d'âge pour les tests ou le recours à diverses méthodes de tests. L'Union européenne a détecté seulement une soixantaine de cas d'ESB en 2009, essentiellement chez des animaux âgés de dix ans ou plus. La contamination des animaux malades semble s'être arrêtée. Les tests visent à vérifier que la maladie, apparue dans les années 90 au Royaume-Uni avant de se propager dans toute l'Europe, est bien en voie de disparition. Il y a un an, l'UE, qui estime avoir suffisamment amélioré le contrôle de la chaîne alimentaire depuis la crise de la vache folle, avait déjà décidé d'assouplir les règles sur l'étiquetage des aliments pour animaux.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires