Val de Sèvre : Il était un foie de l'Ouest

vendee agricole

Depuis une quinzaine d'années, la Vendée et les départements limitrophes sont devenus l'autre pays du foie gras. La coopérative Val de Sèvre, de la Pommeraie-sur-Sèvre, est aujourd'hui l'un des trois associés du groupe leader Delpeyrat.

L'Ouest ne fait décidément rien comme tout le monde. S'il est aujourd'hui l'autre berceau des bovins charolais, la Vendée et ses voisins sont bel et bien devenus, en quinze ans, l'autre pays du foie gras. Deux coopératives de pré-gaveurs et gaveurs, avec leurs abattoirs, ont même inversé la tendance, fournisseurs indispensables devenus des transformateurs du Sud-Ouest. Palmilord, aux Herbiers, est aujourd'hui à la tête de Rougié-Bizac, et « Val de Sèvre », de la Pommeraie-sur-Sèvre, est l'un des trois associés du groupe Delpeyrat. Avec tous les deux un foie gras d'origine France.

Explications : dans les années 1990, la vocation « artisanale » des transformateurs du Sud-Ouest s'accordait mal avec les besoins d'une production industrielle. Et les fournisseurs étrangers des pays de l'Est gavaient canards mulards et canettes sans distinction, au détriment parfois de la qualité. Le Sud-Ouest a fait appel à des éleveurs de la région en sous-traitance, mais qui ont su développer une production en filière de canards gras ou d'oies, de la naissance à l'abattage, et à la qualité certifiée. Résultat : ils sont devenus du même coup des interlocuteurs de poids, dont les leaders du Sud-Ouest ont eu aussi besoin pour « gaver » les finances dans leur propre développement économique…

Marché porteur

La coopérative « Val de Sèvre » qui vient de tenir son assemblée générale à Pouzauges, s'est installée en cours d'exercice 2008 dans son nouveau siège tout neuf de la Pommeraie-sur-Sèvre. Elle est associée aux fournisseurs d'aliments « Maïsadour » (Mont-de-Marsan), et « Vivadour » (leader dans le Gers). Elle dirige la holding qui chapote le groupe Delpeyrat (1). C'est l'une de ses trois coopératives, qui emploie 180 salariés au siège (abattoir) de la Pommeraie-sur-Sèvre, et 200 éleveurs sur dix départements (dont 95 en Vendée). Sans oublier des partenariats avec les coopératives Terrena, CAPL – Thouarcé et la Cavac, Val de Sèvre surfe allègrement sur le marché porteur du foie gras, et peaufine son objectif 2010 : 3 millions de canards, 140 000 places de gavage, et 1 600 tonnes de foie gras.
« Notre atout est de participer au développement du leader du foie gras qui a su se diversifier dans les plats cuisinés issus notamment du canard gras, et le jambon de Bayonne », expliquent Alain Debare, président de Val de Sèvre, et Michel Fruchet, directeur général. « En lien avec l'interprofession (CIFOG) qui régule la production pour maîtriser les stocks de foie gras, et malgré la flambée passagère du maïs et du blé, nous assurons la commercialisation de la production des pré-gaveurs et gaveurs, et un revenu stable, dans un marché qui évolue de plus 2 à 3 % par an. »

(1) Delpeyrat : 420 millions d'euros de chiffre d'affaires prévisionnel, 1 350 salariés actuels, 16 sites industriels, et trois pôles agro-alimentaires, plus de 12 millions de canards, et près de 7.000 tonnes de foie gras par an à terme. Coopérative Val-de-Sèvre : 76,5 millions d'euros de CA, pour 2.8 millions de canards. Tél : 02.51.92.89.89.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier