Vendée : CS avicole : Des oiseaux rares

Le métier d'aviculteur ne s'apprenait pas jusqu'à l'an dernier. Et c'était une anomalie. Laquelle est à présent réparée grâce au certificat de spécialisation avicole en un an de l'IRÉO des Herbiers. Reportage.

« On a tout pour bien faire avec l'aviculture. C'est une production très organisée, planifiée, on sait quand les animaux entrent et quand ils sortiront. C'est beaucoup moins contraignant qu'avec des bovins et il y a moins d'aléas de marché. Contre le risque des maladies il y la vaccination et puis de toutes façons, au moindre problème on appelle le technicien » (…) Ils ne doutent pas un instant de leur choix, les douze jeunes hommes de la deuxième promotion du certificat de spécialisation en aviculture de l'IRÉO des Herbiers (1).

Ils ne doutent pas non plus de leur avenir professionnel. La plupart ont le projet de s'installer, d'abord en individuel, et ils savent que d'ici là ils n'auront aucun problème pour trouver un emploi. Ils sont des oiseaux rares. Les aviculteurs se comptent en effet par milliers dans l'ouest de la France avec de plus en plus d'affaires à reprendre. De plus, les grosses structures diversifiées avec des bâtiments volailles aimeraient bien recruter un salarié spécialisé qui se « débrouillerait tout seul »… Mais voilà, au rythme où les jeunes aviculteurs sortent de la seule école française, le point d'équilibre entre offre et demande est encore loin : 12 en juin dernier, pour la première fournée et 12 en juin prochain.

En attendant ils se forment à la conduite de lots, à la maîtrise technique, sanitaire, réglementaire et économique et ils s'intéressent à la transformation et à la commercialisation de leur produit en vente directe. La palette des compétences à acquérir est large. Notre ambition ici c'est de préparer « de bons éleveurs », annonce David Guilbaud, fondateur et responsable du certificat de spécialisation avicole de l'IRÉO. Un certicat qui s'acquiert donc en contrat d'apprentissage avec 16 semaines au centre de la Chesnaie pour les apports théoriques et 35 – dont les congés - en entreprise.

Le meilleur : les visites et les échanges

Les visites dans les élevages et les échanges avec les éleveurs sont ce qu'ils préfèrent dans leur programme. Quant à la partie théorique, « Faut bien le faire » avouent-ils. Mais théorie et pratique ne sont jamais bien loin l'une de l'autre ainsi que l'a conçu David Guilbaud. « On part d'une situation, on l'analyse et on essaye de l'améliorer ». Et ça marche. Y compris pour l'aspect réglementaire de l'activité avicole. « Il pourrait y avoir une réaction de rejet mais tout est dans la manière de présenter les choses ». Et il cite l'intervention d'un technicien de l'organisme de certification Certipac qui, l'an passé, avait invité les apprentis à rédiger leur propre cahier des charges. Au final, ce cahier s'est retrouvé bien plus exigeant que l'existant !

Les compétences là où elles sont

Les grands groupes de production avicole ont bien compris tout l'intérêt d'une telle formation pour la pérennité de leurs activités et acceptent désormais bien volontiers d'apporter leur éclairage. David qui sait qu'untel de tel groupe maîtrise bien tel sujet, va l'inviter à intervenir. « Je prends les compétences là où elles sont ». Mais il veille aussi à rester indépendant à l'égard de ces groupes et à ce qu'ils ne viennent pas faire leur publicité dans leurs interventions. « Ils ont bien compris et il ils jouent le jeu », apprécie-t-il. « Ensuite, qu'ils reprennent contact avec des apprentis qu'ils ont repérés, c'est autre chose » Et après tout c'est tant mieux pour tout le monde.
Ces groupes sont bien sûr en mesure de former leurs propres éleveurs et surtout de les encadrer mais ce que le CS des Herbiers apporte en plus aux apprentis, ce sont des connaissances de base, de l'ouverture avec la richesse des expériences du groupe et l'indispensable adaptabilité face à la diversité des situations qu'ils ne manqueront pas de rencontrer.

(1) Cette formation a été mise en place par le centre régional de formation par apprentissage des chambre d'agriculture de la région Pays de La Loire.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier