Vendée : Economies, chaleur, énergie : La chambre d'agriculture veut amorcer la pompe

vendee agricole

La chambre d'agriculture vient de signer une convention avec le Sydev pour oeuvrer ensemble à diminuer les consommations d'énergies générées par l'activité agricole.

« La facture énergétique des bâtiments agricoles vendéens pourrait facilement se réduire de 30 % ». C'est ce qu'estime Pascal Bersoza, directeur du Syndicat départemental d'énergie et d'équipement de la Vendée (Sydev). Cette estimation il la tire à la lumière de trois années de diagnostics effectués sur 2000 bâtiments municipaux en Vendée. « En substitution, on peut arriver à 100 % », annonce-t-il.
Christian Aimé, tout nouveau président de la chambre d'agriculture de Vendée, fait, lui, remarquer, que « la première des énergies gagnée c'est celle qu'on ne consomme pas ». Fortes de ces certitudes, les deux organisations ne pouvaient que se rejoindre pour mettre en commun leurs compétences. C'est fait depuis lundi dernier avec la signature d'une convention de partenariat « pour la protection de l'environnement ». Cet « accord cadre pluriannuel », annonce le cosignataire, Jean-Claude Merceron, sénateur et président du Sydev, « entérine la mise en oeuvre d'actions concrètes destinées à diminuer les consommations d'énergie générées par les activités agricoles vendéennes d'une part et à substituer l'énergie fossile par des énergies renouvelables au sein des exploitations ».

Les hors sol et les blocs traite d'abord

Dans un premier temps ces actions vont se concentrer sur des bâtiments d'élevage et notamment ceux qui nécessitent le plus d'énergie, pour le chauffage. Production de chaleur pour laquelle des investigations seront réalisées en priorité sur la valorisation de la biomasse disponible localement, notamment celle issue de l'entretien des haies bocagères. Sont ainsi visés les poulaillers, les porcheries et les bâtiments d'élevage de veaux de boucherie qui nécessitent aussi de la climatisation donc une bonne isolation.
Le bloc traite chez les producteurs de lait, avec l'échange de chaleur entre le lait à refroidir et l'eau de lavage à réchauffer vont faire l'objet d'une attention particulière avec des économies très concrètes à engranger.
Chaque action fera l'objet d'analyses économiques et énergétiques comparées et de propositions aux exploitants agricoles. La chambre d'agriculture effectuera ces diagnostics et accompagnera les agriculteurs dans les démarches administratives et les recherches de financement. De son côté, le Sydev dépose une subvention de 20 000 euros pour l'année 2010 et ses techniciens apporteront leur appui technique à ceux de la chambre d'agriculture en particulier sur le comportement thermique des bâtiments.

Deux jours de diagnostic

Les services de David du Clary, à la Chambre d'agriculture prévoient deux jours en moyenne pour effectuer chacun de ces diagnostics pour un coût moyen de 500 euros par exploitation*.
« Ces diagnostics vont parfois déboucher sur le conseil de ne rien faire d'autre que ce qui se fait déjà dans l'exploitation, prévient Christian Aimé. Mais le seul fait d'en discuter peut amener à prendre conscience. L'idée c'est d'entraîner à la réflexion ».
Enfin, à noter que ces initiatives vont générer de l'activité en débouchant sur des travaux à réaliser qui seront à leur tour en partie subventionnés par des aides à l'investissement.

* ADEME, Plan de performance énergétique (du ministère de l'Agriculture), conseils général et régional… seront sollicités pour le financement de ces diagnostics. Renseignements au 02 51 36 81 80

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires