Le Service Expert Météo Locale est actuellement indisponible. Nous vous prions de nous excuser de la gêne occasionnée.

Vendée : Fontenay le Comte : Les élus de Fontenay alertés face au grignotage des terres agricoles

vendee agricole

Les agriculteurs de Fontenay ont rencontré leur maire et son premier adjoint la semaine dernière afin d'attirer leur attention sur les menaces des emprises foncières sur l'agriculture fontenaisienne.

« 250 hectares prêts à basculer du monde agricole vers le monde industriel, commercial ou d'habitation », c'est le constat porté par le SEA de Fontenay et Philippe Charbonnier son président, à son maire, Hugues Fourage. Francis Berland, délégué cantonal FDSEA de Fontenay-le-Comte, accompagne le groupe d'agriculteurs des neuf exploitations qui résistent à la pression foncière jusqu'à aujourd'hui en rappelant des réalités, inhérentes à l'agriculture des villes vendéennes : « Quatre remembrements consécutifs à la création de trois rocades et d'une autoroute », un « effet toile d'araignée » dans le développement de la ville qui se rapproche toujours plus des sièges d'exploitation.
Hubert Geng, premier adjoint au maire et vice-président de la communauté de communes, le reconnaît : « Les agriculteurs de Fontenay sont dans l'oeil du cyclone ». Et malgré la crise économique, les pertes de foncier s'inscrivent, compensées très temporairement par l'ombre des baux précaires. D'un côté des locaux industriels et des habitations vides et de l'autre des lotissements, des nouvelles zones économiques et commerciales qui s'étalent sans limite. Telles sont les incohérences qu'on peut rencontrer dans les villes comme Fontenay-le-Comte. Pour Hubert Geng, « Le problème des friches industrielles est extrêmement compliqué, car, fait-il remarquer il est beaucoup moins coûteux de construire du neuf que de réhabiliter de l'ancien ».
Pas de solution immédiate donc pour les friches industrielles et des sites d'entreprises comme SKF et Thoinard laissés à l'abandon, même si évidemment, le maire « se bat pour trouver des repreneurs ». Concernant l'habitation, Hugues Fourage affirme la volonté politique de la ville de développer la « réhabilitation des logements vacants avant de construire du neuf ». La loi, qui vient de changer vis-à-vis des propriétaires, peut les y aider.

Des documents d'urbanisme

Un travail doit s'initier entre les agriculteurs et les agents de la ville sur le plan local d'urbanisme. « Je souhaite que vous vous mettiez autour de la table pour le revoir », a en effet demandé Hugues Fourage. Les autres communes du canton sont également très touchées par cette pression foncière.
Pour Eric Coutand, vice-président de la FDSEA très concerné par la problématique foncière dans son canton des Herbiers, « Il faut aller vers le SCOT* ». Mais cette démarche est longue, et les agriculteurs de Fontenay devront commencer par aller convaincre les maires des autres communes qui n'y sont pas forcément favorables. Pour l'avenir, le SEA conclut par une ligne volontaire, « Les agriculteurs ne sont pas contre le développement économique de la ville, mais ils veulent maintenir un outil viable dans le temps ».

*Schéma de cohérence territoriale. Contrairement au PLU, il ne prend pas en compte qu'une seule commune mais un ensemble de communes d'un même territoire ou d'un bassin d'emplois.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires