Vendée : MFR : Elles voulaient des conjoints ouverts et formés comme elles

vendee agricole

La famille MFR de Vendée est rassemblée aux Atlantes, aux Sables-d'Olonne ce samedi 17 octobre pour fêter le soixantième anniversaire d'une première « maison familiale » ouverte aux garçons. Car Les filles, elles, leur avaient ouvert la marche.

« Quand nous nous marierons, nos maris ne nous comprendront pas : ni quant à nos conceptions humaines ou spirituelles, ni quant à nos compétences professionnelles et à nos idées nouvelles. Si plus tard on veut fonder un foyer, on voudra des conjoints ayant reçu la même formation. » Elles ne manquaient pas d'aplomb les jeunes filles pionnières de la première promotion de la « maison familiale d'apprentissage ménager rural » à la Louisiane en 1948 lorsqu'elles s'adressaient à Jean-Emile Besson, le fondateur et président de la première association de parents d'élèves de cette première maison . « Ce que nous faisons à la Maison familiale, s'emballent-elles, c'est formidable, tant du point de vue ouverture qu'apprentissage concret ». L'idée se propage très vite en ces années exaltantes, d'autant que d'autres parents d'élèves viennent d'ouvrir deux autres maison du même type à Bourgenay et Saint-Michel-en-l'Herm – toujours pour des filles – et avec des effectifs de démarrage et des croissances à faire pâlir d'envie les directeurs d'aujourd'hui. Les filles de la Louisiane sont passées de 48 à 120 en deux ans ! L'année suivante, nous sommes en 1949, les associations de parents d'élèves qui viennent de se regrouper en fédération départementale, créent la première maison familiale de garçons à La Forêt de la Mothe-Achard. C'est en fait cet anniversaire là qui sera donc célébré demain aux Sables-d'Olonne.

Ce retour aux sources aidera sans doute les plus jeunes participants à comprendre le pourquoi de ce nom apparemment si bizarre de « maison familiale ». Il fournira aussi l'occasion à Dominique Ravon, agriculteur dans le Pays des Olonnes, parent d'élèves MFR et actuel président des MFR de Vendée, de rappeler que les principes fondateurs des MFR sont plus que jamais d'actualité et d'ailleurs toujours appliqués : l'alternance entre temps de formation et temps dans l'entreprise, le mode de vie en internat, l'ouverture sur le monde extérieur… Depuis le coup d'éclat des filles effrontées de la Louisiane, les MFR ont connu des fortunes diverses avec les glorieuses années 50 et leur rythme de deux maisons créées par an, les 60 avec la scolarité obligatoire à 16 ans et la création des instituts ; les 70 avec l'ouverture aux métiers ; et puis les suivantes avec une concentration sur 27 « maisons », des obstacles plus sournois, une concurrence plus exacerbée mais aussi la reconnaissance incontestée d'une formule qui fait « réussir autrement ». Et puis les MFR sont aujourd'hui leader sur un créneau porteur : celui de la formation aux métiers du service aux personnes.

Tour de Vendée

Ce 60ème anniversaire vient d'être précédé d'un tour de Vendée qui a permis aux administrateurs, parents, moniteurs et élèves de se rencontrer de s'exprimer sur leurs expériences et de s'emparer de l'organisation de la rencontre.
Des anciens élèves en responsabilité viendront témoigner de leur chemin parcouru. Parmi eux citons, Joël Limouzin, président de la Fdsea, Pierre Régnault, maire de La Roche-sur-Yon, Marie-Josèphe Chatevaire, conseillère générale de Fontenay…
Autour d'une seconde table ronde viendront ensuite Paul Boudaud et Valérie Chevalier, maire de Saint-Fulgent et directrice de la MFR; Eric Coutand, secrétaire général adjoint de la chambre d'agriculture ; et Isabelle Lucas, directrice des ressources humaines du Leclerc de Fontenay qui témoigneront sur le thème de « la MFR actrice de son territoire ».
Philippe de Villiers, devrait prendre la parole en insistant sur le partenariat du conseil général avec les MFR dans les créations de MFR au Bénin. Cela avant l'intervention de Bernard Violain, vice président du conseil régional, chargé de l'enseignement supérieur. L'élu sera attendu au tournant car c'est de cette instance que pourrait venir l'autorisation tant attendue pour l'ouverture d'une première formation BTS en apprentissage.

Formation à la vente directe à la ferme en 2010

Quand au métier de base des MFR, l'agriculture, la majeure partie des agriculteurs vendéens actuellement en poste doivent leur formation professionnelle aux MFR, et environ un agriculteur « aidé » sur deux qui s'installe aujourd'hui en Vendée passe par les bancs des MFR, que ce soit ceux des MFR de Challans, Saint-Gilles, Pouzauges, Venansault, Saint-Martin-de-Fraigneau, L'herbergement, Les Herbiers ou Meslay à La Guyonnière.
Enfin, dans le domaine de l'agriculture toujours, les MFR continuent d'adapter leurs formations aux besoins en ouvrant par exemple en septembre prochain aux Hermitans de Venansault, des modules de formation à la vente directe à la ferme.



Encadré
Première maison familiale en Vendée
La Louisiane
La première « Maison familiale » en Vendée a vu le jour en septembre 1946 sous le nom de Louisiane à La Roche-sur-Yon, à côté d'où se trouve aujourd'hui l'actuel lycée Notre Dame du Roc . L'idée de cette maison avait d'abord germé chez une religieuse, Mère Henri de la Trinité, elle-même inspirée par les écrits du Père Monnerau et par une première ébauche de formation par alternance expérimentée par trois parents, quatre élèves et un curé dans le Lot et Garonne. Elle voulait que l'éducation soit accessible à tous. Dès la première rentrée cette « maison familiale d'apprentissage ménager rural » accueillit 48 jeunes filles sous la conduite des soeurs de Mormaison.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier