Vers une fiscalité incitative pour réduire l'usage des pesticides

SC avec AFP

Vers une fiscalité incitative pour réduire l'usage des pesticides
Dans les faits, le recours aux phytosanitaires continue d'augmenter

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, réfléchit à la mise en place d'une fiscalité incitative pour encourager les agriculteurs à utiliser moins de pesticides et annonce une révision des objectifs de réduction fixés dans le cadre du plan Ecophyto.

Réorientation du plan Ecophyto : les 5 volets

Vers une fiscalité incitative pour réduire l'usage des pesticides

1. Favoriser une mobilisation et une responsabilisation accrue des acteurs de l’amont à l’aval, en identifiant des objectifs et des moyens par bassins de production et types de cultures.

2. Soutenir le développement et l'adoption de la lutte biologique et du biocontrôle (soutien aux PME productrices, initiation à ces techniques, facilitation des autorisations de mise sur le marché, etc.);

3. Étudier la mise en place d'une fiscalité incitative afin de faire évoluer la redevance sur les produits phytopharmaceutiques et de l’affecter aux démarches vertueuses ;

4. Mieux appréhender les ressorts du conseil agricole et ses évolutions, vers une plus grande professionnalisation et une indépendance du conseil ;

5. Renforcer le contrôle par la Brigade Nationale Enquête Vétérinaire et Phytosanitaires sur les pratiques d'importation illégales et frauduleuses ainsi que sur les contrefaçons dans le domaine des produits phytopharmaceutiques.

Le ministre s'exprimait lors d'un point d'étape du plan Ecophyto, lancé en 2008 après le Grenelle de l'environnement, et qui vise, si possible, une réduction de moitié de l'usage des pesticides d'ici 2018. Pour le nouveau gouvernement, cet objectif chiffré paraît "très ambitieux" puisque, dans les faits, le recours aux phytosanitaires continue d'augmenter : en 2011, il a progressé de 2,5%, a souligné M. Le Foll.

Plutôt que de se focaliser sur "un chiffre fétiche", le ministre a donc choisi de réorienter le plan Ecophyto sur cinq thèmes.  D'abord, la mise en place d'un groupe de travail pour plancher sur une possible fiscalité incitative, sur la base: "moins on consomme (de pesticides), moins on paye".

Il veut également améliorer le conseil donné aux agriculteurs  et "différencier le conseil sur un modèle de production" du "conseil sur tel ou tel produit".  "Si on veut réussir, il faut changer la manière dont on produit et là il y a un vrai conseil à donner", a-t-il estimé. Le ministère organisera d'ailleurs le 26 novembre une grande journée autour du "Produisons autrement".

Des  objectifs de réduction par bassin de production et type de culture

Par ailleurs, le ministre souhaite "mieux cibler les objectifs de réduction par bassin de production et type de culture", soutenir le développement de techniques alternatives pour traiter les végétaux et renforcer la lutte contre l'importation frauduleuse des pesticides.

Ce plan, doté d'un budget de 41 millions d'euros par an, vise à réduire la dépendance des exploitations agricoles aux pesticides, tout en s'assurant de leur viabilité économique. Aujourd'hui, 1.900 fermes pilotes se sont engagées sur des modèles de production économe, selon le ministère qui dresse un bilan provisoire.

Le réseau d'épidémiosurveillance - 13.000 parcelles suivies par 4.000 observateurs - a également permis de publier plus de 8.000 bulletins de santé du végétal. Enfin, quelque 200.000 professionnels (agriculteurs, distributeurs, conseillers) - sur les 800.000 concernés - ont déjà suivi la formation leur permettant d'obtenir le certificat "Certiphyto".

Les 17 millions de jardiniers amateurs sont également concernés par ce plan. Un site internet est à leur disposition ( www.jardiner-autrement.fr).

Source Ministère de l'Agriculture

Publié par SC avec AFP

Sur le même sujet

Commentaires 11

pestos

Continuons à innonder nos champs de pesticides au non de la sacrosainte rentabilité. Le jour où on osera révéler que l'accumulation de pesticides dans l'organisme est en grande parti à l'origine de l'augmentation des cancers, comment nourrira-t'on une population affolée et pas du tout d'accord pour mourir au non de la rentabilité? ..... En important les produits agricoles de pays plus raisonnables? Il est urgent de réagir tant que l'information n'éclate pas au grand jour.

fred

ces mesures semblent assez raisonnables , en tout cas pas plus ( et meme moins ) hysteriques que celles du precedent gouvernement avec les borloo , nkm et consorts...

permaculteur

Pour ceux que les rendements (réels) de l'agriculture intéresse :
http://videos.arte.tv/fr/videos/les-moissons-du-futur--6985970.html

UNIKGASe

je crois que l'on fait enormement de choses pour que nos produits agricoles soit plus blanc que blanc.Alors j entends du gouver nement une politique plus ambitieuse qui soit plus influencée par des bobos intelect ecolos qui ne connaissent en rien notre metier

polo

La faim dans le monde a le dos large... Peut être que si certains utilisaient les ressources de leur pays différemment,ils n'en seraient pas là... Je pense que c'est un moyen pour certains de faire pression sur les populations... Et nous, on est trop gras, trop malade car nous mangeons trop !!! Alors, là aussi, les excès ne sont pas bons !!!

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier