Viande bovine : Ne prenez pas notre démarche à la légère »

vendee agricolr

Mercredi des éleveurs sont allés demander des comptes aux abattoirs de La Roche-sur-Yon et de La Châtaigneraie au sujet de la machine à classer et du prix de la viande bovine.

50 éleveurs à l'abattoir Socopa de la Roche sur Yon et 40 à la Châtaigneraie avec tracteurs, ont demandé aux directeurs respectifs de ces sites, des explications sur la machine à classer et le prix de la viande bovine. Sur l'outil machine à classer, les éleveurs, par la voix de Guy Trichet à la Roche, ont réaffirmé l'importance de cet outil pour la transparence de la pesée marquage. « Elle marche très bien cette machine. Arrêtez d'être frileux, même si sur certaines catégories des ajustements techniques restent perfectibles » a expliqué l'éleveur auprès de Jean-Luc Comain de Socopa. Lequel demande des évolutions techniques mais a aussi réaffirmé que son groupe veut que cette machine perdure.
Ce consensus sur ce sujet s'est ensuite effrité sur le sujet de la revalorisation du prix de la viande bovine. « On est surtout venu pour cela.

Pour dire que vous devez vous entendre face aux GMS et augmenter le prix de vente de la viande bovine. Il en va de notre survie et de votre survie » ont clamé un à un les participants. Remontés, les éleveurs ont prévenu que la prochaine étape consisterait dans le blocage des outils d'abattage. « Perdu pour perdu, nous bloquerons tout si vous ne prenez pas en compte rapidement nos demandes de revalorisation de nos produits. Ne prenez pas notre démarche à la légère » a conclu Guy Trichet. Le directeur de l'abattoir a expliqué que son entreprise, comme toutes les autres, « était en difficulté financière… » « Raison de plus pour vous entendre » ont répondu en échos les éleveurs. « Vous avez le devoir de répercuter rapidement nos hausses de charges auprès de la grande surface ». Le message est clair, limpide, transparent, comme la machine à classer.

Source vendee agricole

Sur le même sujet

Articles publiés par ce partenaire

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier