[Vidéo] 2014 : baisse de 5% du revenu moyen des agriculteurs français

ASL

[Vidéo] 2014 : baisse de 5% du revenu moyen des agriculteurs français

En 2014, le résultat courant avant impôts (RCAI) des grandes et moyennes exploitations* s’établirait, en moyenne à 24.400 euros par actif non salarié, soit un niveau légèrement inférieur à 2013 (- 5 %).

 

L'année 2014 est marquée par une baisse des prix à la production pour la plupart des productions animales et végétales. Les résultats seraient en baisse par rapport à 2013 dans une majorité de domaines, à l'exception de la viticulture, des élevages bovins lait et ovin/caprin.

Grandes Cultures : sous la barre des 20.000 euros

Après une légère baisse en 2013, les récoltes de céréales ainsi que d’oléagineux et de protéagineux se redressent en 2014, mais ne permettraient pas de compenser la nette dépréciation des prix. Dans ces conditions, le résultat moyen des exploitations spécialisées en grandes cultures reculerait de 44 % pour s’établir à 17.500 euros par actif non salarié.

En arboriculture fruitière, la récolte des espèces à noyau (pêche, abricot) serait plus abondante en 2014 qu’en 2013, mais leurs prix ont enregistré une forte baisse. Le résultat moyen de l'ensemble des exploitations fruitières reculerait donc de 56 %, à 13.400 euros.

Dans les exploitations maraîchères, les surfaces cultivées sont en léger recul et les prix sont également en baisse, entraînant une diminution de la production en valeur. Le résultat moyen des exploitations spécialisées en maraîchage et horticulture s’établirait à 21.300 euros (- 5,5 %).

Avec une récolte en forte hausse par rapport à celles exceptionnellement basses de 2012 et 2013 et des stocks réduits, la production viticole s’accroîtrait. Les prix resteraient bien orientés sur la campagne et permettraient au résultat moyen des exploitations viticoles d'atteindre 46.200 euros en 2014, soit une hausse de 27 % par rapport à 2013.

Bovins lait et ovins/caprins : des résultats en hausse

Dans les exploitations d'élevage, le volume de la plupart des productions animales est en hausse, ou reste stable, à l'exception des volailles.

Dans les exploitations spécialisées dans les bovins lait, la valeur de la production augmenterait de façon soutenue sous l’effet conjugué de la hausse de la production et des prix. Le résultat par actif non salarié augmenterait de 28 % et s’établirait à 30.100 euros.

Avec le recul des prix, les élevages spécialisés en bovins viande verraient leur revenu reculer à 14.500 euros, un niveau inférieur d’environ 21% par rapport à 2013. En revanche, la situation s’améliorerait dans les élevages ovins et caprins grâce à une légère hausse des prix et une revalorisation des subventions ; le résultat moyen atteindrait 20.000 euros (+ 23 %).

Dans les exploitations avicoles, la situation est contrastée. En volaille de chair, la baisse des prix conjuguée à des volumes en légère baisse conduirait à une diminution de la valeur de la production. En filière ponte, en revanche, la valeur de la production augmenterait grâce à la hausse des volumes. Sur l'ensemble des deux filières, le résultat moyen des exploitations resterait stable à 20.700 euros.

Dans les exploitations porcines, compte tenu du recul des prix et de la valeur de la production, le revenu se replierait à 22.100 euros par actif non salarié (- 18 %).

* Une exploitation est considérée comme moyenne ou grande si sa production brute standard moyenne (PBS) dépasse 25.000 euros.

résultat

Source Agreste Primeur/ Décembre 2014

Sur le même sujet

Commentaires 10

eh l'autre

tu bosse 120 heures /semaine avec 40 chèvres 4 vaches laitières, en transformation-vente directe?

que tu vive de t'es 40 chèvres et de tes 4 vaches, je te crois,mais y passer 120 heures, ne nous prends pas pour des jambons! 18 heures/ jour!!!

Quand je suis au boulot, je bosse, je regarde pas les mouettes et j'y passe pas 18/jours!!! Faut pas faire semblant, faut y allez mon gars!!!!

lachevrevache

rhôôô! Lui! Eh! le mec sans nom qu'a tout compris! Chui paysan depuis 30ans, et pour longtemps encore je pense, jusqu'à ma môôrt! J'ai commencé sans ferme, sans bâtiments, sans terres, sans matériel (si! j'exagère: une faux), en ramassant le foin le long des routes, en défrichant des jardins abandonnés, en entretenant des peupleraies, tout en étant artisan couvreur à petit revenu (manque de boulôt). Là, une ferme de 20 h, 40 chèvres 4 vaches laitières, transformation-vente directe. A une époque, je me suis retrouvé tout seul, j'ai voulu tout faire, ce qui impliquait... 120 h/semaine (35h... de sommeil) Au bout de 2ans la tête allait exploser. Sur conseil du toubib, j'ai diminué à 90h, mais la ferme a commencé à se dégrader, clôtures, performances des bêtes, chiffre d'affaire... J'ai mis 14 ans à trouver quelqu'un de sérieux, en ayant vu passer chez moi des dizaines de fumistes, mais là, c'est la perle, trop rare, beaucoup trop. Et c'est pour ça que le monde va mal, des geignards, des gens qu'aiment pas la vie, plein les campagnes, et les forums de Pleinchamp. L'exception s'est mise au boulôt... "si tu m'en avais parlé plus tôt, c'est mon rêve de toujours!". Une cliente du marché, sans antécédent agricole, sans formation, pourquoi faire? La seule chose qui compte, c'est la motivation, tous les patrons te le diront! Un an plus tard le chiffre d'affaire est remonté, tous comptes faits, de 46%. Les clients attendent, c'est du bio et du bon, y'a qu'à bosser. Maintenant qu'on est 2, je ne "travaille" plus que 60h et je ne suis plus assez fatigué pour bien dormir. Fais comme moi, tu seras heureux, et rendras les autres pareils!

lachevrevache

erreur dasa. J'ai plein de copains qui bossent 35 h et qui rentrent chez eux épuisés par un boulôt qui les emmerdent profondément, à tel point que la seule envie qu'ils ont en rentrant, c'est de ne RIEN faire des 168-35=133h qui leur restent dans la semaine. Moi, je n'ai jamais l'impression de travailler, tous les aspects de mon "métier", qui est bien plutôt une façon de vivre, m'enthousiasme, et je me suis toujours considéré comme un privilégié. Ma vie est bien remplie, à chaque heure, et mon intérêt y correspond en tout à l'intérêt général. Les loisirs, les plaisirs, l'ouverture, les rencontres, la création, la liberté, font partie intégrante de mon activité productive. Ma seule limite, c'est la fatigue physique, et profiter de la vie, pour moi, c'est apprendre ,et faire le maximum, ici-maintenant-intensément. Je souhaite cet état d'esprit à tout le monde, et les médecins n'auront plus de boulôt

@lachevrevache

tu rembourse ton banquier avec des lapin et des poules toi? Deux chois, ou tu a fais un umprunt pour t'acheter une boite de smarties, sois ton banquier et super sympa.

T'es encore un de ces guignols, qui trouve comme seul source de revenu, le RSA, parce que t'es pas fait pour le travail, t'es pas fait pour te lever a 5h du matin, t'es pas fait pour travaillez les wweek end et les jours ferie, t'es pas fait pour te lever la nuit pour les velages, t'es pas fait non plus a vivre sans t'es congé payer, t'es pas fais non plus a travailler + de 35 heures, non, toi, t'es un type au RSA, qui si trouve bien, et qui viens encore ce moquer de type qui ce creve la vie a te payer ton petit RSA, en venant encore te montrer interesser"par la super vie en campagne avec 3 poules et 2 lapins".

Que la France ce casse la gueule bien bas, t'aura plus ton RSA, tu sera obliger de t"y coller au travaille!! mais a ton age, quand on a jamais travailler de ca vie, ca va te faire mal, tu va en avoir des ampoules au mains! un conseil, ne viens pas en agriculture, tu fera pas l'année!!! RIGOLO!!!

dasa

le commentaire de @lachevre, est totalement coherent , il fait bon travailler 80h regarder les autres rentrer a 17h quand ils etaient parti travailler a 9 h , pour gagner plus que toi mais sans aucune responsabilité , une fois rentré plus de souci , et devoir en plus faire son jardin pour ne pas crever de faim , etre contraint de renover sa maison .... ma vision du bonheur la chevre rester serfs ,et si j'osais encore avoir ce bonheur complet donner mes fess....

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires