[Vidéo] Plan de Soutien à l'élevage : Une rallonge de 290 millions d'euros pour les éleveurs en crise

Anne Sophie LESAGE

[Vidéo] Plan de Soutien à l'élevage : Une rallonge de 290 millions d'euros pour les éleveurs en crise

Porcs, bovins et canards: le gouvernement débloque une rallonge de 290 millions de soutien à l'élevage pour soulager des filières éprouvées par des crises aggravées par des épizooties, comme la grippe aviaire qui affecte les producteurs de foie gras.

 

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a annoncé mardi qu'une enveloppe de 290 millions d'euros supplémentaires était allouée aux éleveurs, dont 130 millions aux producteurs de palmipèdes du sud-ouest affectés par la grippe aviaire. Parmi les éleveurs les plus affectés, les représentants des producteurs de palmipèdes du Sud-Ouest ont été reçus mardi matin à Paris par M. Le Foll qui leur a annoncé les modalités d'indemnisation des pertes de revenus dues aux mesures d'assainissement prévues pour éradiquer la grippe aviaire. Selon le ministre, l'élevage des canards notamment, suspendu pour un grand nettoyage début avril, pourra reprendre "au début du mois de mai avec des canetons sains". La durée de fermeture des élevages tient compte de la nécessité "que le vide sanitaire soit efficace mais que la production puisse reprendre le plus rapidement possible", a-t-il expliqué devant la presse.

"La bonne nouvelle c'est l'engagement de l'Etat", a assuré Christophe Barrailh, président du Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras (Cifog) lors de cette conférence de presse. Selon lui, "les enveloppes dégagées sont significatives, mais beaucoup de choses restent à faire, notamment concernant les entreprises". Des indemnisations complémentaires pour les entreprises, comme les abatteurs, seront précisées ultérieurement selon le ministère. Un arrêté sera publié au Journal Officiel "en fin de semaine prochaine" précisant ces dispositifs. Les éleveurs bovins touchés par la fièvre catarrhale ovine (FCO) recevront pour leur part 31 millions d'euros et les commerçants en bestiaux concernés par cette épizootie 4 millions.  

Le plan de soutien à l'élevage bovin, porcin et laitier annoncé l'été dernier, de 700 millions d'euros, se trouvera lui augmenté de 125 millions, selon les annonces du ministre. Ainsi le Fonds d'allégement des charges (FAC) est doté de 50 millions de plus et il y aura également 50 millions de prise en charge de cotisations MSA supplémentaires.      

Des mesures 'rustines'

Ces rallonges du FAC et de la MSA "sont dimensionnées pour répondre à toutes les demandes remontées des cellules d'urgence par les préfets", a assuré le cabinet du ministre. Autre dispositif important de ce plan, "l'année blanche", qui doit permettre aux éleveurs de reporter leurs remboursements bancaires en fin d'échéance, est dotée de 25 millions d'euros de plus. Elle sera ouverte aux producteurs de palmipèdes, de fruits et légumes et aux céréaliers, avec une nouvelle date de remise des dossiers fixée au 30 juin 2016. Xavier Beulin, président du principal syndicat agricole, la FNSEA, a "pris acte" mardi des soutiens financiers à l'élevage, mais déploré l'effet "rustines" de ces mesures "qui montre qu'on ne traite pas vraiment les problèmes structurels".

Pour tenter de régler ces problèmes structurels, le ministre a incité les différentes parties prenantes à prendre leurs responsabilités. Il a appelé "solennellement les entreprises de l'agroalimentaire et de la distribution à la responsabilité", afin de permettre une meilleure prise en compte des coûts de production dans les prix pratiqués. "Cette fois-ci, on ne peut pas poursuivre des négociations commerciales avec pour seul but de faire baisser les prix", a-t-il clamé. Il a également lancé un appel aux représentants des filières bovine, porcine et laitière pour revoir les modes de rémunération des éleveurs qui doivent tenir compte des niveaux de qualité demandés par l'aval des filières et les consommateurs. Le gouvernement a prévu que les avances de trésorerie dans l'attente du paiement des aides de la PAC (politique agricole commune) soient étendues pour atteindre 500 millions. Concernant la sécheresse de l'été 2015, M. Le Foll a également indiqué qu'une mission d'expertise allait se rendre prochainement dans les régions où certaines zones n'ont pas été reconnues.  

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 13

numéro6

@dasa ton analyse est hélas complètement vrai

@rob57

ils parlent en brut le foll , avant il faut que ca paie le ministere les heures des personnes en charges du dossier ensuite il faut que ca paie les ddt pour la mise en place des paiements, ensuite il faut que ca paie l'agence de paiement , les frais de dossiers , enfin la petite commission a l'interprofession et voila il reste 1 centimes par bete plafonné a une bete par exploitation

dasa

l'agriculture m'etonne , moi j y travaille j y vois un responsable d'un seul silo il gagne 2100 net par mois travail 6 mois avec un coup de bourre à la moisson et l'hiver en rtt et il gagne plus que chacun des agriculteurs qui livrent, je vois des responsables, des responsables de responsables , des directeurs pour manager les resposanbles, un sous directeur , un directeur ..... c type palpent entre 3500 et 7000 euros par mois , oui tout va bien
je vois une suradminsitration , une surcomplexification autocrée afin d'alimenter la necessité d'avoir des emplois dans les ddt , le ministre cherche des marges de manoeuvres ...en voila et encore aujourd'ui uen partie des budgets sont transferés au region qui elles aussi embauchent des gens destinés à l'agriculture , tout ca est une vaste blague en simplifiant de maniere logique la reglemetentation on pourrait diviser par 2 au minimum le nombre de focntionnaire agricole
les chomeurs ont preferes laisser les paysans bosser 90h , trouver des saisonniers etrangers plutot et plutot que de les mettre au boulot on prefere leur versé des indemnités, la france n'a aucune solution pour sont agriculture c'est tout trop cher d'y produire trop contraignant et ne me parlez pas de bio personne n'est pret a y mettre le prix n y a s"adapter au saison , a acheter hors gms
et aujourd'hui on interdit tout agrandissement petu etre a raison et les braves gens applaudissent ( sale paysan pollueur ) et demain ils boiront du lait de ferme allemande de 3000 vaches sont prbleme car ailleurs il n'y apas de probleme on ne pollue pas loin d'ici on ne maltraite pas les vaches loin d'ici surtout on ne le voit pas

ah la coherence

freetownmaximus

j'aime les eleveurs ils sont si gentils , tiens le foll a dit a l'assemblée il y a 2 ans non on ne peut pas payer 40cts car a ce prix là certains gagneraient trop ....ah bon aquel taux horaire juge t'il qu'un paysan gagne trop ? et lui a partir de combien jugeons nous qu'il gagne trop ?

stephane le foll a dit dans "on n'est pas couché" il y a 1 an , parlant du modele de ferme de 1000 vaches et de l'investisseur principal , "nous ne voulons pas de ce modele là , car , ces gens là , sous entendu les actionnaires ou investisseurs) veulent gagner de l'argent " a t'il sous entendu que les paysans ce n'est pas grave isl peuvent ne pas gagner d'argent
tout en offrant au consommateur un punching ball toujours les paysans ,( ouh les grandes fermes c'est nul , attention danger, maltraitance animale) , on nous impose par les systemes de mise en concurrence intra europeenne soit de crever soit d'aller vers ces systemes avec investisseurs mais qu'en meme temps on nous interdit ..... sans defendre ce modele en particulier mais on peut penser que quitte a ne pas gagner bcp d'argent d'argent autant le faire dans de bonnes conditions avec des batiments nickels et surtout avec de la main d'oeuvre qui te permet de travailler moins que 100h semaines

rob 57

Une rallonge , menteur , l'argent n'arrive jamais aux producteurs et les sommes déjà promise elles sont ou ???

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier