Virus grippal : La FAO veut renforcer le contrôle des populations porcines

SC

La FAO mobilise ses équipes d'experts pour vérifier s'il existe un lien direct entre la nouvelle souche du virus grippal H1N1, qui a tué une centaine de personnes au Mexique, et les porcins.

Pour l'instant, selon la FAO, il semble que le virus grippal se transmette d'homme à homme seulement et rien n'indique, jusqu'ici, que la nouvelle souche ‘AH1N1' ait été transmise directement à l'homme par les porcins. La FAO demande toutefois aux gouvernements et la communauté internationale de renforcer le contrôle des populations porcines. “Il s'agit d'une crise humaine et non animale, mais nous devons être vigilants et préparés”, indique Joseph Domenech, vétérinaire en chef à la FAO.

Il est nécessaire, selon la FAO, de vérifier si la nouvelle souche circule parmi les porcins, d'établir s'il existe des liens directs entre la maladie au sein de la population humaine et les animaux et enfin, d'expliquer comment ce nouveau virus a réuni du matériel génétique provenant de souches grippales humaine, aviaire et porcine.

De son côté, la Commission européenne préconise de changer la dénomination « grippe porcine » en « nouvelle grippe » pour éviter des conséquences économiques pour l'industrie du porc. « Nous avons décidé de parler de nouvelle grippe ( »novel flu« en anglais), pour que cela n'ait pas d'incidence négative sur notre industrie, surtout en période de crise », a expliqué la commissaire européenne à la Santé Androulla Vassiliou au cours d'une conférence de presse à Bruxelles.

Publié par SC

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier