Viticulture : Le vin alsacien résiste à la crise

B.BOUCHOT d'après AFP

Pour le vin alsacien, la crise économique semble être passée, les ventes de riesling, gewurztraminer, pinots et autres sylvaner ayant retrouvé une relative stabilité, mais certains viticulteurs sentent encore la menace planer sur la profession.

Stabilité des ventes

Selon le Conseil interprofessionnel des vins d'Alsace (Civa), la crise a montré ses effets en début d'année avant d'inverser la tendance au fil des mois. Les producteurs alsaciens ont accusé aux mois de janvier et février une baisse de 10% sur les volumes à l'export tandis qu'en France le marché progressait de 2,3%. Mais les volumes vendus ont peu à peu augmenté pour atteindre au mois de juin une hausse de 8,3% par rapport à janvier, soit une baisse d'à peine 0,6% sur 12 mois.

Selon Jean-Louis Vézien, directeur général du Civa, cette stabilité a plusieurs raisons. Si les ventes de vin d'Alsace ont plongé sur les marchés américain (-44%) et britannique (-34%), elles se sont bien comportées chez leurs clients traditionnels, Belgique, Pays-Bas, Allemagne et Danemark, qui représentent les trois quarts des chiffres à l'export. Du côté des appellations, le crémant d'Alsace qui représente 20 à 25% de la production a été moins affecté par la chute des ventes et a permis aux vins d'Alsace de sortir la tête haute de la crise en gardant la ligne.

L'oenotourisme

La France, principal marché des vins d'Alsace, a également affiché des chiffres performants en raison d'un bon rapport qualité/prix et grâce à l'oenotourisme, le tourisme viticole, estime M. Vézien. « Avec la crise, les Français privilégient les vacances en France », moins coûteuses que les séjours à l'étranger, « et l'Alsace est une destination très appréciée ».

Avec 5 à 6 millions de touristes par an, le taux de vente directe de vin acheté chez les producteurs alsaciens ou par internet dans le chiffre global des ventes s'élève à 17% et peut monter entre 60 et 90% dans les toutes petites entreprises. « Tous les producteurs que j'ai rencontrés à la foire aux Vins de Colmar sont relativement satisfaits de leurs ventes en juillet. Ils disent avoir eu beaucoup de visiteurs et des bons acheteurs », se félicite M. Vézien. Sur le terrain pourtant, « quand on discute avec les viticulteurs, on a quand même une impression de crise », reconnaît Frédéric Bach, directeur de l'association des viticulteurs d'Alsace (Ava).

Crise viticole

Une crise durable et générale qui a récemment connu son point d'orgue avec la remise du rapport de l'Institut national du cancer (Inca) associant vin et alcoolisme. Ce rapport avait finalement été retiré plus tard à la demande du Haut conseil de la santé publique. Selon le directeur de l'Ava, les ventes de vin d'Alsace en France vont ainsi continuer à baisser à l'image des autres appellations et le revenu des viticulteurs va stagner. En attendant, les viticulteurs alsaciens ont beaucoup d'espoir dans le millésime 2009 qui devrait être précoce en raison de températures relativement élevées. L'Ava table sur une « petite récolte qualitativement très bonne » qui ne devrait pas entraîner de hausse des prix.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier

Publicité

Articles les + lus

Lettre d'info

Derniers commentaires