Viticulture : Les vignes du bassin minier nordiste ont bien résisté à la sécheresse

Les vignes du terril d'Haillicourt, qui doivent produire en 2013 une première cuvée de vin blanc, ont résisté à la sécheresse et poussent normalement trois mois après leur implantation dans l'ancien bassin minier nordiste.

« Quand je regardais la météo depuis ma Charente, j'avoue que j'étais inquiet, car la vigne a besoin d'eau pour qu'il y ait une bonne reprise des plants », a expliqué à l'AFP le viticulteur Henri Jammet, à l'origine du projet, qui est venu procéder au premier débroussaillage des vignes durant le week-end de la Pentecôte.

« Finalement, malgré la sécheresse, la vigne a bien résisté, la reprise est bonne, avec un taux de mortalité de seulement 5%, ce qui est très honorable », s'est-il félicité.

Le 15 mars, environ 3.000 plants de chardonnay blanc ont été plantés sur un tiers d'hectare du terril d'Haillicourt, situé à 100 mètres d'altitude avec une déclivité de 80%. Il s'agit d'une première en France, née des efforts conjugués de M. Jammet, vigneron charentais, du maire d'Haillicourt et d'un passionné vinicole d'origine nordiste.

Le vigneron vante la qualité du terrain composé de schiste, de terre et de cailloux, « avec un sol drainant et une terre noire qui emmagasine bien la chaleur ».
« J'ai confiance en ce terrain qui, à certains égards, est bien supérieur à certains terrains viticoles », a assuré Henri Jammet.

Si tout va bien, les premiers raisins et la première cuvée devraient voir le jour en 2013, pour une production d'environ 1.500 bouteilles de vin blanc.
« J'espère que cette odeur de charbon que l'on sent parfois dans l'air se retrouvera dans le vin, ce qui lui conférera une identité vraiment unique », a déclaré M. Jammet.

Source AFP

Sur le même sujet

Commentaires 0

Pour réagir à cet article, merci de vous identifier